Scandale Amiante : CGT construction, bulletin Et Voilà de Solidaires

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

La fédération construction-bois-ameublement de la CGT proteste contre la décision du parquet de Paris de lever les procédures pénales sur le scandale de l’amiante. Le bulletin Et Voilà de l’Union syndicale Solidaires fait le point pour les cheminots exposés.

 

  • Le bulletin Et Voilà N° 53 de Solidaire : Et Voila n53 juin 2017   
  • 341fd532b6b58061-f69cf
  • Extrait : les menaces sur les cheminots (par Sud Rail):
    Le Conseil des Prud’hommes de Paris en conseil de départage a examiné, mercredi 21 juin 2017, le recours de près de 160 cheminots exposés à l’amiante durant leur carrière, qui réclame la reconnaissance de leur «préjudice d’anxiété».
    Ces cheminots, en poste ou retraités, ont rallié cette procédure lancée par le syndicat SUD-Rail en juin 2013, juste avant la réduction du délai de prescription. Tous ont côtoyé à un moment la substance hautement cancérigène au travail, entre les années 1970 à 2000, et subissent régulièrement des examens médicaux pour vérifier si un cancer lié à l’amiante n’apparaît pas.
    Au total, chaque plaignant réclame 12.000 euros de dommages et intérêts.
    La Fédération SUD-Rail  a appelé à un rassemblement devant la juridiction prud’homale pour soutenir ces salariés.
    Sur l’ensemble des travailleurs concernés, les plus exposés ont été les agents des services électriques qui travaillaient dans des guérites en amiante, ainsi que les agents chargés de la maintenance du matériel roulant, mais aussi de nombreux conducteurs de train, en raison de la présence d’amiante dans les patins de freinage. Certains ont été exposés dès leur début de carrière dans les ateliers du Matériel de la SNCF.
    En 2013, plus de 7.500 cheminots en activité faisaient l’objet d’une «surveillance médicale renforcée amiante», en raison de risques d’exposition passés ou présents. Avec les retraités, plus de 13.500 personnes sont médicalement suivies. Depuis une quinzaine d’années, entre 30 à 50 agents ou ex- agents décèdent en moyenne chaque année d’un des cancers de l’amiante.
    En octobre 2014, la SNCF a été condamnée pour la première fois au titre de ce préjudice d’anxiété dans une affaire engagée parallèlement à celle examinée ce mercredi. Mais, depuis cette décision, un arrêt de la Cour de Cassation tente de limiter le champ d’application du préjudice d’anxiété, comme si l’amiante était moins dangereuse dans certaines activités que dans d’autres.
    Le danger que fait courir l’amiante, ce fléau du 20ème siècle, responsable du décès de dizaines de milliers de travailleurs et parfois même de membres de leur famille, est nié depuis toujours par le patronat et des gouvernements successifs qui ne pensent qu’à leur profits. Les jugements en cours dont celui du 21 juin sont, au-delà des indemnisations attendues par les salariés, des étapes importantes de la reconnaissance de la mise en danger volontaire de millions de travailleurs et de milliers de cheminot- e-s et de la «faute inexcusable» des employeurs.
    En principe, le jugement sera rendu le 26 octobre. Affaire à suivre…

 

  • Fédération CGT construction :

 

logo-fnscba

 

LA MORT AUTORISÉE AU NOM DU BIEN COMMUN ET DE L’EMPLOI !!!

La décision du parquet de Paris de lever les investigations et les procédures pénales en charge de la réparation pour les salariés malades de l’amiante revient à encourager la mort au travail ! C’est un permis de tuer qui est délivré.

Depuis 1996, notre fédération travaille en commun avec les associations de défense des victimes de l’Amiante pour que soit reconnu les responsabilités dans le plus grand scandale d’empoissonnement.

Nous avions connaissance des consignes données aux commissions régionales de reconnaissance des maladies professionnelles de freiner, voire d’éradiquer tout lien entre pathologies et amiante. Ces commissions ont œuvré avec zèle !

Ce jour, ce gouvernement et son outil de justice de classe  anticipe le futur.

La Fédération Nationale des Salariés de la Construction, Bois et Ameublement et  la fédération de l’Equipement CGT avions fait reconnaître, en 2012, la présence massive d’amiante dans les revêtements routiers ainsi que dans les bétons.

Le Ministère de l’époque avait décidé du « principe de précaution », avec le carottage des enrobés à chaque intervention sur la chaussée.

La même année, le constat par le service « Air de Paris » fut sans concession:

– « l’amiante est présente en sous-sol, au sol et en aérien au-delà des limites préconisées et légiférées ! »

La décision de justice n’a donc pour seul but que de désengager pénalement leurs « amis » empoisonneurs. On nous refait le coup de responsable mais pas coupable (Peu importe le coup du sang !) ».

Notre Fédération ne laissera pas cette décision de justice s’installer comme une vérité. Nous œuvrerons pour travailler avec les associations des victimes de l’amiante pour faire reconnaitre le droit des victimes.

Fait à Montreuil, le 29 juin 2017

Contact : Frédéric Mau,  secretaire fédéral santé au travail   06 83 69 62 00

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *