Appel pour la libération du syndicaliste andalou Andrès BODALO

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Liberté pour Andrés Bodalo

 

le lien de la pétition – en espagnol : http://www.indultobodalo.info/

arton5872-f6e6e

Andrés Bodalo est militant et responsable du Syndicat des Travailleurs Andalous (SAT)  de la région de Jaén.

Il est investi dans la lutte des journaliers agricoles depuis 30 ans, groupe de travailleurs auquel il appartient depuis l’âge de 10 ans.

Son combat et celui du SAT porte sur la défense ou l’existence de conventions collectives et la distribution des terres à ceux qui les exploitent.

Il vient d’être emprisonné pour une durée de 3 ans et 6 mois, suite à la plainte d’un élu municipal (PSOE) qui l’a accusé de violence dans le cadre d’une action collective.

Ce même jour Andrés Bodalo a été molesté par la Guardia Civil !

En réalité, c’est toujours  la criminalisation de l’action syndicale qui est à l’œuvre. D’autant plus que l’action syndicale du SAT a engagé  des occupations des terres par les ouvriers agricoles.

En  Andalousie, la terre est toujours en possession   des grands domaines et la grande propriété.  2% des propriétaires possèdent la moitié des terres arables. Les latifundiaires s’accaparent 1,milliards sur les   1,6 milliards  de la Politique Agricole Commune.

Face à cela, la  réalité sociale : Plus de 500.000 ouvriers agricoles  sont sans  terre et sans ressources. Le chômage en Andalousie atteint 40%  et jusqu’à  80% dans la région de Jaén, quand le travail agricole fait défaut.

Ainsi la banque BBVA possède 600 hectares et 300 000 oliviers, mais laisse pourrir la récolte depuis 3 ans. Mais la banque a touché 600 000 euros de la Politique Agricole Commune.

Auparavant, 600 ouvriers travaillaient dans cette  ferme.  Quand les travailleurs  de Jaén  sont venus  occuper les terres  et  utiliser une partie de la récolte, la Garde civile les a réprimés.

 

C’est pour ces combats qu’Andrés Bodalo est aujourd’hui condamné.

  C’est une  perte dans le combat pour la justice sociale. C’est dramatique pour sa famille,  qui comme beaucoup de familles andalouses, ne vit que sur un seul salaire. Six personnes de trois générations, dont un fils de 12 ans et une petite-fille de six ans souffrant de maladie chronique vont se retrouver dans le dénuement. 

Un fort soutien de solidarité s’exprime en Andalousie, mais aussi dans toute l’Espagne pour obtenir sa grâce et sa libération. La pétition jointe est signée en particulier par Toxo (secrétaire des CCOO), les maires de Barcelone, Cadix, Saragosse, Saint Jacques de Compostelle…. et par des dirigeants  d’Izquierda-Unida et Podemos.

Notre  combat en France contre la criminalisation de l’action syndicale doit nous amener à apporter tout  notre soutien à nos camarades espagnols, car le pouvoir en place à Madrid tape très fort. L’exemple  des militants Airbus de Getafe  est encore bien présent.

Images intégrées 1

le lien de la pétition – en espagnol : http://www.indultobodalo.info/

 des-membres-du-syndicat-andalou-des-travailleurs-manifestent-devant-un-supermarche-de-seville-le-30-aout-2013_4025963

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *