Collectif intersyndical contre l’extrême-droite

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Ce collectif intersyndical unitaire existe maintenant depuis cinq années, en lien aussi avec l’association VISA (Vigilance et initiatives syndicales antifasciste). Une initiative est d’ores et déjà en préparation au premier trimestre 2019 à Lyon.

 

Contre l’extrême droite, ses idées et ses pratiques: Cinq ans déjà, et toujours déterminé·e·s

siteon0-dc90fsiteon0arton1302

logofidl

logo_unef-copie1Logo_UNL

 

Régulièrement, sur l’ensemble du territoire, nous avons multiplié les initiatives pour mobiliser nos forces, former nos équipes en lien avec la jeunesse, les salarié·e·s, précaires, retraité·e·s, mesurer in situ les effets des politiques d’extrême droite sur la population (austérité, attaques des services publics et du milieu  associatif, stratégie d’intimidations…).

 

 

Nous avons lancé l’observatoire national des villes gérées par l’extrême droite et en avons favorisé des déclinaisons locales (Vaucluse, Pas-de-Calais…). Il s’est notamment réuni à Bé- ziers, à quelques mètres de Hayange ou d’Hénin-Beaumont…

Dès son lancement, nous savions l’importance d’engager un travail syndical de fond. L’actualité nous donne malheureusement raison. Le poids de l’extrême droite et d’élu·e·s prônant des idées et des pratiques racistes, homophobes, contraires aux droits des femmes, pointant les migrant·e·s comme autant de boucs émissaires augmente, tant en Europe (Italie, Hon- grie, Suède, Allemagne…) qu’ailleurs dans le monde, le Brésil étant un des derniers exemples en date.

En France également, les violences racistes, les actes islamophobes et antisémites, les agressions LGBTphobes sont en hausse. Des actions ont visé ceux qui agissent pour l’accueil des migrant·e·s, tandis que la solidarité avec les exilé·e·s est criminalisée, comme le sont des initiatives syndicales. Plusieurs projets d’attentats par des groupes d’extrême droite ont été mis au grand jour ces derniers mois.

Le gouvernement et sa majorité, arrivés au pouvoir non pas tant par adhésion à son programme que par refus de voir l’extrême droite diriger le pays, mènent une politique d’austérité et de bouleversement de notre modèle social. Le niveau de vie baisse, contrairement au chômage et à la précarité. Dans ce contexte, l’extrême droite développe ses propositions démagogiques et identitaires, dont l’analyse montre à quel point elles sont contraires aux intérêts des travailleurs et travailleuses, étudiant·e·s, chômeurs et chômeuses, précaires et retraité·e·s.

Cette situation ne fait que renforcer notre détermination à agir, avec nos adhérent·e·s, avec les salarié·e·s, pour une société plus juste, pour un modèle social solidaire et généreux, qui pro- tège les droits et libertés individuels et collectifs, qui mette en œuvre l’égalité des droits.

Aujourd’hui et plus que jamais, nos organisations réaffirment ensemble les fondements de notre campagne de lutte contre l’extrême droite et s’engagent dans la construction déterminée des ripostes syndicales les plus larges. Une initiative est d’ores et déjà en préparation au premier trimestre 2019 à Lyon.

Print Friendly

Articles similaires

  • 24 mai 2018 Le SNEP-FSU explique pourquoi il appelle au 26 mai (0)
    Le Syndicat national de l'Education physique et sportive (SNEP-FSU ) de Bretagne envoie une note à ses adhérent-es  sur son positionnement dans le contexte social actuel, et sur la "marée […]
  • 12 décembre 2018 FO et le mouvement des Gilets jaunes (0)
    FO a mis du temps, mais s'exprime aujourd'hui sur la globalité du mouvement social actuel. L a crise actuelle vient de loin. Elle recouvre une dimension à la fois citoyenne, […]
  • 30 avril 2018 L’UGICT CGT répond au référendum Air France (0)
    L’Ugict-CGT décrypte le contenu du référendum à Air France, nouvelle méthode de lutte des classes de la direction, inspirée des ordonnances Macron. « Pour permettre une issue […]
  • 23 novembre 2017 Demarche intersyndicale contre les violences sexistes et sexuelles (0)
    La CFDT, la CFTC, la CGT, et FO écrivent au Premier ministre, à Murielle Pénicaud, ministre du travail, et Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat, pour faire des propositions contre les […]
  • 29 mai 2017 Yann Lemerer est réintégré à la Poste après révocation (0)
    Yann Lemerer, militant de SUD PTT dans les Hauts de Seine (92), qui avait été révoqué à la suite d'actions syndicales, fait rarissime s'agissant d'un fonctionnaire, a été réintégré sur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *