Congrès de l’UD CGT Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Nous publions ci-dessous l’appel-déclaration adopté par ce congrès qui s’est déroulé début novembre.

 

siteon12

APPEL du 19ème congrès de l’UD CGT PARIS

Offensifs, les syndicats CGT de Paris se sont réunis en congrès du 8 au 10 novembre 2016 à St Denis.

Ils ont analysé les attaques sans précédent tant sociales et économiques (loi Macron, Rebsamen, loi NOTRe et loi travail…) qu’anti démocratiques (état d’urgence, répression judiciaire et policière contre les syndicalistes et usages répétés du 49.3) qui se sont abattues sur les salarié-es, privé-es d’emploi et des retraité-es.

Ils sont revenus sur les différentes formes de mobilisation de la CGT contre la loi El Khomri (Grèves, manifestations, blocages, pétitions, votations…) et l’énergie qui s’en est dégagée, des jeunes aux retraités. Ces résistances ont un caractère extrêmement positif. C’est un terrain propice, même si la loi est passée et que nous sommes dans une phase différente de la lutte, pour relancer un processus revendicatif à la hauteur de ces enjeux.

Il convient de confier le mandat au nouveau secrétaire général de l’UD, qui sera présent lors du CCN des 15 et 16 novembre, de porter la ferme volonté d’une journée d’action interprofessionnelle rapide qui relance une vraie dynamique de mobilisation dans l’unité la plus large possible pour exiger l’abrogation de cette loi, en s’appuyant sur le meeting régional unitaire qui aura lieu prochainement.

Auprès des plus exploité-es, les travailleurs-ses sans papiers, l’UD CGT Paris, ces deux dernières années, a remporté plusieurs victoires (50 et 57 bld de Strasbourg, la Mamma). La lutte la plus récente a contraint l’entreprise CAPRON à embaucher 25 travailleurs sans papiers d’une entreprise sous-traitante. Ils ont été également régularisés.

S’appuyant sur cette dynamique, le congrès appelle ses organisations à amplifier les luttes pour la régularisation des travailleur-ses sans papiers, pour l’égalité des droits et l’égalité sociale entre français et étrangers, et pour la ré internalisation des salarié-es de la sous-traitance. Conformément aux valeurs de solidarité de la CGT, le congrès appelle à prendre part aux mobilisations de soutien aux exilés qui fuient les guerres, les dictatures et la misère.

La décision de la Maire de Paris de reprendre les pires aspects de la loi MACRON en proposant une position maximaliste avec l’ouverture de 12 dimanches des commerces, signifie qu’elle entend remodeler Paris pour la transformer en une zone touristique et commerciale.  Et c’est précisément une déréglementation généralisée qu’elle tente de mener aussi contre les services publics parisiens et leurs agents.

La Mairie de Paris accompagne la casse des services publics avec la réduction des accueils, et la mise en place de maisons de services au public (avec la CAF, pôle emploi, CPAM, GDF Engie, EDF, et bientôt des services de la préfecture de Paris, des finances publiques, des mairies d’arrondissement ??!). A noter aussi la privatisation de la gestion du stationnement en surface à partir de 2018. Jusqu’où la Mairie de Paris va t- elle sous-traiter des pans entiers des services publics au secteur privé et à des salariés précaires ?

Défendre le service public, c’est aussi l’affaire des usagers qui peuvent être associés via des pétitions, par exemple, contre les fermetures de bureaux de poste et le transfert d’activités de services publics vers des superettes. La récente grève victorieuse de trois semaines des postiers du 13ème en a fait la démonstration.

Face à l’accélération de ces attaques à Paris, seule la convergence public-privé nous permettra de les contrer.

En conséquence, le congrès appelle à la mobilisation interprofessionnelle à Paris. En convergence, salarié-es du public et du privé, préparons une manifestation devant l’hôtel de ville pour exiger l’arrêt de la dérèglementation horaire dans la capitale, le maintien de tous les services publics et l’arrêt des fermetures des accueils de proximité. Non à la mise en œuvre et au développement des maisons de services au public ! Dans cette perspective, l’UD CGT Paris s’adressera aux autres organisations syndicales qui ont notamment lutté avec elle contre la loi Travail.

La CGT Paris appelle ses organisations à multiplier les mobilisations dans toutes les entreprises pour développer la campagne des 32h.

Dans le contexte de montée des idées xénophobes, les manifestations policières actuelles sont impulsées et manipulées par l’extrême droite. Loin des revendications légitimes des agents de la police autour des salaires et des conditions de travail, le mouvement actuel accompagne des politiques sécuritaires mises en place par le gouvernement et dont les militant-es-, notamment de la CGT, sont actuellement les victimes. La CGT Paris ne peut donc appeler à rejoindre ces manifestations prétendument spontanées. Le débat autour de la reconquête d’une police républicaine au service du citoyen est plus que jamais d’actualité.

C’est pourquoi, le congrès appelle les agents de la police à rejoindre la journée d’action fonction publique du 29 novembre. Par ailleurs, l’UD CGT poursuivra sans relâche sa lutte contre les idées d’extrême droite (formations, initiatives contre le racisme et les discriminations) et contre la politique du gouvernement qui, en s’attaquant à toutes les conquêtes sociales, favorise la montée de ces idées.

Le congrès appelle les syndicats et militant-es parisien-nes à amplifier la campagne TPE en lien avec l’ensemble des UL. Le scrutin qui se déroulera du 28/11 au 12/12/2016 est un enjeu prioritaire puisqu’il est le dernier vote interprofessionnel où les salarié-es pourront porter leurs voix sur le syndicat de leur choix. La CGT, syndicat de classe et de masse, doit rester la première organisation syndicale.

Nos victoires passent par la construction d’un rapport de force favorable aux salarié-es dans la capitale. Pour cela nous devons nous renforcer par de nouvelles adhésions à la CGT, par la création de nouveaux syndicats, et faire vivre nos Unions locales.

Le congrès appelle les syndicats à s’investir dans les unions locales et  à leur  donner les moyens militants de fonctionner comme une structure inter professionnelle de proximité.

Conformément aux valeurs féministes de la CGT, le congrès appelle à prendre part à la mobilisation du 25 novembre, journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux luttes contre les inégalités salariales entre les femmes et les hommes.

Le congrès appelle les syndicats parisiens à s’associer pleinement aux grèves et manifestations qui s’inscrivent dans la continuité de la mobilisation pour l’abrogation de la loi El Khomri :

  • Les suites de la grève du 8 novembre des personnels hospitaliers contre la casse de la santé et pour l’abrogation de la loi Touraine et contre les groupements hospitaliers de territoire (GHT)
  • Le 15 novembre, avec les agents des finances publiques,
  • Le 29 novembre, journée de mobilisation fonction publique CGT, Solidaires, FSU
  • Le 3 décembre, la manifestation contre le chômage et la précarité ;
  • Le 5 décembre, le meeting pour le droit d’alerte, avec l‘UGICT.

Les délégué-es au 19ème congrès de l’UD 75 considèrent qu’une riposte d’ensemble est urgente et nécessaire. Ils appellent les salarié-es, les retraité-e, les privé-es d’emploi à poursuivre les mobilisations pour l’abrogation de la Loi El Khomri et les lois qui remettent en cause leurs droits, pour gagner sur toutes les revendications d’emploi, de salaires, de protection sociale, de retraites, d’amélioration des conditions de travail et de baisse du temps de travail avec la campagne pour les 32h…

Vive la lutte, Vive la CGT et vive le 19ème congrès de l’UD CGT de Paris

St Denis le 10 /11 /2016.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *