Contre les violences sexistes au congrès CGT

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Une dizaine de militantes du Collectif femmes mixité de l’Union syndicale CGT de la ville de Paris accueillaient les délégué-es du congrès de la CGT le mardi 14 mai. Elles distribuaient le matin dans la bonne humeur des « bonbons anti-sexistes » dans un sachet qui annonçait surtout une vidéo sur Youtube à propos des violences sexistes et sexuelles qui peuvent être subies dans les rangs de la CGT. L’action féministe a largement traversé les débats du congrès.

Extrait d’un article à paraitre (jean-Claude Mamet):

« Le mouvement de la société s’invite au congrès. Celui-ci était d’ailleurs quasiment à parité dans les délégué-es : 45% de femmes (sur 751), et même pour 49% des adhérents de 2018, donc tout récents. Il y a là un volontarisme de direction qui peut être discutable (mais peut-être justifié par un progrès des adhésions féminines), qui a produit des effets de congrès. C’est la première fois par exemple que les interventions se succèdent au rythme : une femme/un homme.

Sur l’exigence féministe, un tabou a sauté depuis quelques mois (effet MeToo) : il y a des violences sexistes dans toutes les organisations, donc dans la CGT aussi. Le Collectif Femmes-mixité CGT de la ville de Paris y est pour quelque chose par ses révélations (dans Médiapart). Une dizaine de militantes s’étaient données rendez-vous le matin du deuxième jour congrès pour accueillir les délégués dans la bonne humeur, mais avec un sachet gratuit de « bonbon antisexisme » distribué avec l’invitation à ouvrir une vidéo sur les violences sexistes subies. A visionner sur Youtube : https://uriz.fr/9JIc. Chez soi ou encore mieux : en groupe. Décapant.

Et puis, il y a ces interventions percutantes de militantes. Celle de Catherine Marchais (services publics- Nanterre) critiquant des « tribunes d’hommes » lors de la journée internationale du dimanche 12 mai et qui appelle à une « visibilisation du visage féminin dans le syndicalisme international ». Elle propose que « le syndicat des femmes employées de Guinée conduisent la manifestation internationale du 17 juin », pour le centenaire de l’OIT à Genève. Celle de Sophie (Sociétés d’études-Cap Gémini) qui déplore que ce soit « dans la presse que nous apprenons des cas [de violence] dans la CGT », appelle à des « sanctions » lorsque les faits sont avérés et dénonce le « patriarcat comme étant la sœur jumelle de la domination capitaliste »…[…]. »

 

Ci-dessous la vidéo

le collectif femmes mixité US CGT Ville de Paris
femmes.mixité@us-cgt-spp.org
Vidéo réalisée par le collectif « femmes mixité » de l’Union Syndicale des Services Publics Parisiens. Cette vidéo est le fruit de vécus et de luttes collectives…
Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *