Greve générale en Grèce à l’appel des syndicats du privé et du public

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Suite aux dernières décisions du gouvernement Tsipras abaissant une fois de plus le montant des retraites, les syndicats grecs (ADEDY pour le secteur public  et GSEE pour le privé) et notamment le courant PAME lié au PC grec (KKE), ont appelé à la grève générale le 17 mai. Revue de presse et de blog. 

  • Lu sur le blog de Odile Hélier, qui suit l’actualité grecque :

Revue de presse hellénique 16/05/2017

Grèves :

En signe de protestation contre le vote des nouvelles mesures, les syndicats organisent des manifestations et des grèves aujourd’hui et demain. Ainsi, les travailleurs des organismes des collectivités locales organisent aujourd’hui des arrêts de travail et un rassemblement à 12h00 devant le ministère de l’intérieur. Les employés de TRAINOSE (chemins de fer) et des bus organisent aujourd’hui des arrêts de travail. Demain, 17 mai, la GSEE (syndicat du secteur privé) et l’ADEDY (syndicat des fonctionnaires) organisent une grève générale de 24 heures et un rassemblement à 11h00 place Klafthmonos. Pour sa part le mouvement PAME (proche du KKE) organise un rassemblement demain à 10h00 place Kotzia. Les bus et les trolleys circuleront de 9h00 à 20h30 et le métro de 9h00 à 16h00. Les aiguilleurs du ciel organisent un arrêt de travail de 11h00 à 15h00. Les employés des trains et les marins seront en grève de 48 heures.( En milieu de matinée, aucun bateau n’avait quitté le Pirée pour les îles, a indiqué la police portuaire. Les grèves à l’appel de la puissante confédération des marins imposent généralement le blocage de tout le secteur). Enfin les journalistes organisent aujourd’hui une grève de 24 heures (ainsi aucun bulletin d’information radio et télévisé ou émission politique ne seront diffusés aujourd’hui et les journaux ne paraîtront pas demain) (Le Journal des Rédacteurs, Avghi, Ta Nea).

  • Article de la Croix

Pour protester contre des mesures d’austérité imposées par le FMI et l’UE et acceptées par le gouvernement Tsipras, les syndicats ont appelé à la grève générale.

Des manifestant protestent contre les mesures d’austérité imposées par le FMI et l’UE et acceptées par le gouvernement Tsipras, Athènes le 17 mai 2017.

ZOOM

Des manifestant protestent contre les mesures d’austérité imposées par le FMI et l’UE et acceptées par le gouvernement Tsipras, Athènes le 17 mai 2017. / Aris Messinis/AFP

Transports perturbés, écoles fermées, hôpitaux ralentis… Douloureux réveil pour la Grèce où une grève proteste depuis mardi 16 mai contre de nouvelles mesures de rigueur imposées, par le FMI et l’Union Européenne, au gouvernement de gauche radicale d’Alexis Tsipras.

« Nous souhaitons envoyer un message au gouvernement, à l’Union européenne (UE) et au Fonds international européen (FMI), nous n’allons pas les laisser tailler en pièces nos vies », a lancé aux médias Alekos Perrakis, un membre du syndicat Pame, proche des communistes.

Des syndicats puissamment mobilisés

Près de 12 000 personnes se sont rassemblées dans le centre d’Athènes, à l’appel des syndicats du privé GSEE (confédération générale des travailleurs grecs) et du public Adedy (confédération des syndicats des fonctionnaires publics). Le syndicat Pame y est venu en force avec plus de 8 000 personnes. Sur la place Syntagma située en face du Parlement, la police a utilisé des gaz lacrymogènes contre des jeunes qui jetaient des cocktails molotov.

Quant au syndicat grec des policiers, leurs banderoles ne sont pas passées inaperçues. Sur la colline de Lycabette à Athènes, ils ont affiché, en grec et en allemand, « Combien vaut la vie d’un policier M. Tsipras ? » « Combien vaut la vie d’un policier Frau Merkel ? ».

À Thessalonique, deuxième ville grecque, 6 000 personnes manifestaient également.

La grève touche principalement les transports

La grève de 24 heures touche avant tout les transports. Les marins faisant aussi grève, aucun bateau reliant le Pirée aux 200 îles grecques n’a quitté son ancrage depuis mardi, a indiqué la police portuaire.

À Athènes, métro, bus, tramway, étaient perturbés durant la journée du mercredi 17 mai. De nombreux vols, surtout intérieurs, ont été annulés tandis que les vols internationaux ont dû reprogrammer leurs horaires en raison d’un arrêt de travail des aiguilleurs du ciel.

Contre les mesures d’austérité demandées par l’UE et le FMI

La mobilisation vise à protester contre un énième train de mesures de rigueur qui doit être débattu et voté au Parlement, dans la nuit de jeudi 18 à vendredi 19 mai. Le projet de loi prévoit des nouvelles coupes dans les retraites – déjà amputées à treize reprises depuis le début de la crise en 2010 – et de nouvelles hausses d’impôts, y compris pour les ménages à la limite du seuil de pauvreté. Le montant total des économies est chiffré à 4,5 milliards d’euros.

Ces mesures d’austérité sont réclamées par l’UE et le FMI pour poursuivre le versement au pays surendetté des prêts consentis en juillet 2015, et ouvrir la voie à un allégement de sa dette, actuellement à 179 % du PIB.

Croissance zéro

Accordés en échange d’une purge budgétaire sans équivalent en Europe, les trois programmes successifs de prêts concédés à la Grèce depuis 2010 par l’UE et le FMI ont jusque-là échoué à relancer l’économie.

Après une croissance zéro en 2016, la Grèce a entamé le premier trimestre de 2017 sur un recul de son PIB de 0,1 %. Néanmoins, une croissance de 2,1 % est prévue pour cette année par la Commission européenne (auparavant estimée à 2,7 % puis revue à la baisse). Le gouvernement est moins optimiste et prévoit 1,8 % de croissance.

Le gouvernement Tsipras mis sous pression

À l’issue des négociations avec ses créanciers, le chef du gouvernement a toutefois obtenu de compenser ces exigences draconiennes par des mesures contre la pauvreté (cantines gratuites, crèches, allocations au loyer…) et des mesures de relance d’un montant budgétaire équivalent, qui doivent également être soumises au vote.

Ces compensations ne soulagent cependant pas l’impopularité grandissante d’Alexis Tsipras, « soumis aux diktats des créanciers », selon les syndicats grévistes. Le gouvernement ne dispose en outre que d’une faible majorité (153 sièges sur 300) et l’opposition de droite a indiqué qu’elle allait voter contre le programme.

Guillemette de Préval
  • Page de l’appel du musicien  Mikis Theodorakis (traduit ci-dessous), avec la participation du parti Pirate grec:
 Traduction de l'appel:
 
"Résistance Insoumission Révolution.
 
Tous et toutes à Syntagma - tous et toutes sur les places des villes de
Grèce.
Jeudi 18/05 à 19h.
Résistance et Insoumission aux mesures comme le demande le titre capital
de la Constitution.
Nous savons très bien que le mal ne s'arrêtera pas, si nous ne
l'arrêtons pas.
Ils ont beaucoup joué avec les rêves du Peuple Grec.
Ça suffit désormais.
Ce Peuple ne peut plus se perdre dans sa déception à vie.
Ça suffit d'entendre qu'on ne peut rien y faire, et de tout laisser passer,
qu'un petit pays ne peut rien sans son tuteur et son Allemand, et qu'on
le noie de plus en plus profondément dans l'occupation et la
germano-américanocratie.
 
Cette situation, c'est l'esclavage et la trahison sans borne.
 
Ça suffit.
On reprend!
Il y a exactement 6 ans, ces jours-ci, les places débarquaient spontanément dans la lutte contre les mémorandums.
Les places, qui n'ont pas trahi, n'ont pas abandonné la lutte.
Certains les ont vidées.
Mais désormais l'heure est venue pour les places de se remplir à nouveau des rêves insatisfaits des citoyens.
L'heure est venue de les remplir à nouveau de notre indignation et de
notre colère.
 
Maintenant, tous et toutes, ceux même qui s'étaient moqué, sont plus
sages et plus mûrs.
 
Nous reprenons, donc, plus unis, plus combatifs, et surtout plus
déterminés à ne pas laisser par indifférence des décisions se prendre
toujours à notre désavantage.
Tous et toutes nous serons sur les places, contre le vote des mesures.
Tous et toutes nous appelons, selon le premier article de la
Constitution, à une résistance organisée, une insoumission à
l'imposition des mesures, pour regagner notre patrie et notre dignité,
pour en finir avec l'austérité, l'appauvrissement et la misère.
Pour une Grèce sans mémorandums, sans austérité, sans occupation et sans
patrons.
Pour une Grèce libre, souveraine, indépendante, antiimpérialiste et
réellement démocratique, avec son peuple et sa jeunesse maîtres chez eux."
 
On harmonise les luttes?

Articles similaires

  • 8 février 2017 Fortes tensions sociales en Grèce (0)
    Les articles et brèves ci-dessous, reproduites du blog de Odile Hélier, montrent un accroissement des mobilisations sociales et syndicales en Grèce. Et cela au moment où de nouvelles […]
  • 17 juillet 2017 En Grèce aussi : contre le travail le dimanche (0)
    L'article ci-dessous est tiré du blog de Odile Hélier, qui suit en France l'actualité sociale grecque. Constant Kaimakis 16/07/2017 GRÈVE NATIONALE CONTRE LES DIMANCHES […]
  • 5 décembre 2016 CES : « …Le temps d’une augmentation salariale généralisée… » (0)
    La Confédération européenne des syndicats vient d'adopter une plate-forme revendicative pour l'Europe, notamment suite aux effets du Brexit. Quelques extraits ci-dessous, vus sur le site […]
  • 28 juillet 2017 Luttes sociales en Grèce (0)
    Vu sur le blog de Odile Hélier qui suit en France quotidiennement la situation et les luttes en Grèce. Constant Kaimakis est un syndicaliste d'origine […]
  • 25 août 2017 Mobilisation des dockers de San Francisco contre les suprémacistes (0)
    Théo Roumier, syndicaliste, commente et publie sur son blog Mediapart cette prise de position du syndicat des dockers ILWU de San Francisco (USA). Leur syndicat a une longue tradition de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *