Guyane : solidarité !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Alors que la lutte du peuple guyanais se durcit, nous publions ci-dessous l’introduction de la plate-forme revendicative du Collectif Sauvons la Guyane : COLLECTIF « POU LAGWIYANN DÉKOLÉ » et l’accès au document complet. 

 

images

Télécharger le document complet : 20170330_CAHIER COMPLET POU LAGWIYANN DEKOLE

  • Déclaration officielle
    Cayenne, le 27 mars 2017C’est avec force que nous nous adressons à vous aujourd’hui.Colonisée au XVIIème siècle, ayant connu l’esclavage, les bagnes et la départementalisation, la Guyane est aujourd’hui le plus grand département français. Ses richesses sont connues. Son positionnement géostratégique a favorisé l’entrée de l’Union Européenne dans le XXIème siècle, grâce à sa base spatiale et sa biodiversité, qui garantit à l’Europe le rang de puissance écologique.La Guyane va mal, le gouvernement ne peut l’ignorer. Nous alertons depuis plusieurs années les élus locaux, les ministres, les gouvernements successifs que la Guyane se trouve dans une situation précaire, et ce, à tous les niveaux. Comme un seul Homme, nous avons créé notre collectif «POU LAGWIYANN DÉKOLÉ».Ce collectif a pour ambition de recenser et proposer des solutions à court, moyen et long terme afin de sortir d’une crise sans précédent sur notre territoire.

    Chaque citoyen s’est joint au mouvement et non sans raison. Le quotidien de Tous est directement affecté.

    Notre collectif est confronté à des réalités et nous nous faisons le devoir de vous imposer une évidence : « nous sommes abandonnés par la France ».

    Nous représentons tous les secteurs mobilisés et nous sommes réels acteurs, proche des problématiques qui font défaut à notre territoire. Nous représentons des personnes de la société civile qui craignent pour leur sécurité, leur santé, leur logement, leur foncier, avec des professionnels de la santé, de la justice, de l’éducation, des socioprofessionnels issues de différentes filières comme le transport, l’agriculture, la pêche, l’aurifère, les services, le commerce, l’industrie, sans oublier nos artisans. Nous nous sommes donc attachés à respecter la singularité de tous les collectifs qui ont pris part à ce mouvement.

    C’est ainsi que nous avons contribué à l’élaboration de plusieurs axes de revendications qui n’ont pas été dénaturées. La rédaction de ces axes de revendications par secteur a été assurée par les acteurs concernés afin de refléter une réalité.

    Aujourd’hui le temps presse, nous exigeons que l’ensemble de nos revendications et demandes concrètes soient prises en considération et que nous soient proposés de véritables solutions.

    L’État doit prendre ses responsabilités, il n’est pas concevable que la Guyane constate un retard structurel de plus 30 ans, qu’il soit économique ou social. Nous voulons nous inscrire dans un dynamisme qui fera de notre territoire un booster afin de lui permettre de décoller : « POU LAGWIYANN DÉKOLÉ »! Sauvons notre territoire!

P1080808

  • L’UTG : Union des travailleurs guyanais (extraitsWikipédia)

Depuis 1967

Lors du 36e congrès national de la CGT à Nanterre en région parisienne, le secrétaire de l’UD-CGT de Guyane, Turenne Radamonthe, proclame l’indépendance de la centrale guyanaise. Cette proclamation vient après plusieurs vagues d’émeutes et de manifestations ouvrières à Cayenne depuis 1964 réprimées par l’administration française qualifiée de « coloniale ».

Le congrès constitutif se tient à Sinnamary cette même année.

La surprise des dirigeants de la CGT passée, un accord de partenariat est noué entre les deux organisations : la CGT prescrit l’adhésion à l’UTG de ses membres amenés à venir travailler en Guyane, et réciproquement l’UTG préconise à ses adhérents venant travailler en métropole d’adhérer à la CGT1.

En 1971, le 3e congrès de l’UTG à Saint-Laurent-du-Maroni adopte après de longs débats, le mot d’ordre d’indépendance nationale inscrit dans les statuts du syndicat1. L’organisation rejoint les partisans de la réinscription de la Guyane au Comité spécial de la décolonisation au sein de l’ONU1.

En 1974, Guy Lamaze, dirigeant de l’UTG crée le Mouvement guyanais de décolonisation (MoGuyDe), mais à partir de 1981, la revendication de l’indépendance n’est plus mise en avant.

En 2017, le 14e congrès se tient au moment où la Guyane connaît un mouvement social sans précedent, avec des manifestations populaires d’une ampleur inédite sur le territoire et l’UTG lance un ordre de grève générale à compter du 27 mars 2017.

 

utg-onu

  • Communiqué commun CGT, FSU, Solidaires

 

Solidarité avec la Guyane en lutte !

 

Depuis deux semaines, une mobilisation large portée par une grève générale et un mouvement social puissant réclame que le gouvernement réponde aux revendications des habitant-es de la Guyane.

 

Après quelques jours de négociation les réponses apportées ne répondent toujours pas aux urgences sociales notamment en matière d’éducation et de santé alors que la situation économique et sociale est délétère.

La colère de la population de Guyane est légitime.

 

Les organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires soutiennent les luttes en cours, exigent que le gouvernement assume pleinement ses responsabilités et appellent à manifester notre solidarité et notre soutien aux revendications portées notamment par les organisations syndicales Guyanaises en se réunissant mardi 4 avril à partir de 17 h 30 Place de la République à Paris.

 

Solidarité avec la Guyane en lutte !

 

Paris, 3 avril 2017

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *