La direction CFDT s’engage totalement derrière le pouvoir politique

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Nous reproduisons la déclaration du Conseil national confédéral (CNC) de la CFDT, instance décisive entre les congrès confédéraux. Elle montre que la direction CFDT est maintenant totalement engagée aux côtés du pouvoir politique contre une loi désapprouvée par 60 à 70% de l’opinion publique selon les instituts de sondage. Son secrétaire général Laurent Berger a récemment annoncé qu’il était hors de question de revenir sur l’article 2 de la loi Travail, article qui au coeur de l’affrontement en cours (renversement de la hiérarchie des normes). Ce n’est pas la première fois que la direction CFDT s’engage avec un gouvernement pour soutenir une « réforme » âprement combattue dans les grèves et dans la rue. Ce fut le cas en 1995 (plan Juppé), en 2001 (introduction du PARE pour discipliner les chômeurs vers une attitude de type contractuelle pour obtenir leurs droits), en 2003 (réforme des retraites, puis des droits des intermittents du spectacle), en 2004 (assurance-maladie), mais avec des exceptions en 2006 (contre le CPE) et en 2010 (contre la loi Sarkozy sur les retraites). L’engagement actuel très prononcé fera date dans les rapports intersyndicaux nationaux.

Voir aussi un peu plus bas : comment Philippe Martinez (CGT) réagit au positionnement CFDT.

 

 

Logo_CFDTimage

Le Conseil national confédéral réuni les 24, 25 et 26 mai 2016 a débattu de façon approfondie de la loi travail et du contexte politique et social.

La CFDT a la conviction que le progrès social est possible dans un nouveau mode de développement fondé sur la qualité. Elle agit pour une meilleure régulation internationale notamment en matière commerciale et financière, une harmonisation économique et sociale accrue en Europe, le soutien à l’investissement et à l’innovation privés et publics intégrant les transitions écologiques et numériques, la montée en compétence des salariés et la qualité de leur travail, une meilleure protection des travailleurs par des parcours professionnels sécurisés quel que soit leur statut.

Pour mener à bien ces transformations la CFDT a la conviction que la seule méthode efficace est le dialogue social.
C’est au regard de ces objectifs que la CFDT a considéré la première version de l’avant-projet de loi déséquilibrée et portant une vision libérale : dérégulation en matière de temps de travail, développement des pouvoirs unilatéraux de l’employeur, flexibilisation des licenciements économiques et atteinte au principe de réparation du préjudice des salariés injustement licenciés.

Largement réécrit grâce à la pression et aux propositions de la CFDT, le projet de loi porte désormais la vision d’un nouveau contrat social et d’une nouvelle donne pour le dialogue social, nécessaires pour construire du progrès social dans un monde qui bouge :

  • Le projet de loi apporte de nouveaux droits pour tous avec, en particulier, le Compte personnel d’activité (CPA) qui constitue une étape significative pour attacher les droits à la personne et plus seulement au statut ou à l’emploi. La création du CPA vient renforcer la sécurisation des parcours professionnels que la CFDT contribue à construire pierre après pierre depuis 2008 : portabilité de la prévoyance, généralisation de la complémentaire santé, Compte personnel de formation, droits rechargeables à l’assurance chômage, Compte personnel de prévention de la pénibilité…
  • Le projet de loi réorganise les relations sociales avec des droits fondamentaux fixés par la loi, un rôle de la branche réaffirmé, un renforcement de la négociation d’entreprise avec accords majoritaires et mandatement dans les petites entreprises. Cette réforme est de nature à amplifier le dialogue social et la négociation collective, au plus près des réalités des entreprises et des salariés. Elle renforce ainsi la place du syndicalisme, le pouvoir collectif des salariés et leur émancipation dans l’entreprise, dans le prolongement de l’action de la CFDT depuis toujours : reconnaissance de la section syndicale d’entreprise en 1968, négociation d’entreprise obligatoire dans les lois Auroux en 1982, multiplication de la négociation d’entreprise lors du passage aux 35 heures, représentativité syndicale et règles de validité des accords en 2008, rôle renforcé des représentants du personnel dans l’ANI sécurisation de l’emploi de 2013.

Suite à son action, la CFDT considère que ce texte est désormais cohérent et équilibré et souhaite son adoption dans sa version actuelle.

Le Conseil national souligne que cette lecture est très largement partagée par les syndicats et les militants CFDT.

Il regrette les conditions dans lesquelles le projet de loi a été élaboré puis adopté. Quand les décisions apparaissent davantage issues de tactiques indéchiffrables que de choix politiques assumés et faisant sens, cela renforce l’exaspération sociale face à la situation de l’emploi et au faible engagement du patronat dans le dialogue social.

Le Conseil national s’inquiète d’un climat social extrêmement tendu. Il condamne la multiplication de manifestations de violence verbales et physiques intolérables, y compris à l’encontre des militants et des locaux de la CFDT. Apporter des réponses à la hauteur de ce que vivent les salariés, construire, comme nous l’écrivions avec six autres organisations syndicales dans la déclaration « Vivre ensemble, travailler ensemble » du 6 juin 2015, un avenir partagé et pacifique, appellent une confrontation démocratique et un dialogue sur le contenu, le sens et le fond du texte de la loi et la condamnation de pratiques qui ne peuvent qu’exacerber les déchirures de la société française. C’est en ce sens que le Conseil national appelle l’ensemble des acteurs collectifs à la responsabilité.

 

  • La réaction de Philippe Martinez (CGT) dans une interview à Politis le 26 mai 2016 :

Question : Comment voyez-vous vos camarades syndicalistes de la CFDT? Considérez-vous comme beaucoup qu’il sont désormais du côté du patronat?

Phlippe Martinez : « J’apprécie beaucoup les militants CFDT de l’entreprise SMART! Tout comme ceux qui viennent manifester avec nous depuis le début du mouvement. Cela dit, on le sait bien, ils ne sont pas majoritaires au sein de leur confédération. Celle-ci a des positions éloignées des nôtres sur la loi Travail. C’est son problème ! Je remarque juste que, dans un sondage récent sur le syndicalisme en France, 69% des sympathisants de droite déclarent que leur syndicat préféré est la CFDT, et un peu plus de 30% de sympathisants du Front national (quand pour la CGT ils sont environ 15%, tant à droite qu’au FN). En revanche, parmi les sympathisants du PS, la CGT arrive largement en tête. En gros, la différence entre nous et la CFDT est qu’elle pense qu’avec la crise économique actuelle, on peut aménager les choses pour faire en sorte que cette crise frappe le moins possible les salariés. Nous, nous pensons qu’il faut se battre pour mettre en oeuvre des alternatives, et non opter pour de pâles aménagements… »

 

Articles similaires

  • 21 juillet 2017 La CGT retrace l’historique du compte pénibilité (0)
    L'histoire du compte pénibilité débute en 2003, comme échange entre l'acceptation par la CFDT de la réforme globale des retraites de cette année-là et la promesse de négociations […]
  • 23 novembre 2016 Statut de la Fonction publique : bon anniversaire ! (0)
    A l'occasion de son Conseil national mercredi 23 novembre prochain, la FSU a décidé de célébrer le soixante-dixième anniversaire du statut de la Fonction publique.  Pour cela, elle a […]
  • 16 décembre 2017 Militer au BN de l’UNEF: « production d’une élite militante » (0)
    Le Groupe d'études et de recherche sur les mouvements étudiants (GERME) republie une étude très fouillée de Karel Yon (chercheur sur le syndicalisme) datant de 2003, sur la sociologie […]
  • 25 septembre 2016 Le Front National, la gauche et le monde du travail (0)
    L'étude ci-dessous est parue dans Challenge le 23 septembre 2016. La fondation Jean Jaurès, qui a organisé cette étude,  a également publié un article plus historique sur les rapports […]
  • 26 octobre 2017 Interview de Laurent Berger dans Alteréco (0)
    Le jour même de l'intersyndicale nationale du 24 octobre, Laurent Berger donne une interview à Alternative économique. Extraits : "...Je le répète à l’envi, le syndicalisme est mortel. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *