La CGT et Solidaires Finances publiques poussent à la reconductible

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Comme en témoignent déjà des actions de grève (Solidaires, CGT, FO) sur certains sites des agents du Ministère des finances, ces prises de position des syndicats nationaux CGT et Solidaires Finances publiques,  montrent une volonté de lutte immédiate aux côtés des cheminots.  L’intersyndicale Solidaires, CGT, FO, CFDT Finances Publiques appelaient ensemble à la « poursuite de l’action » au lendemain du 22 mars 2018.

La CGT publie aussi une information Infoluttes très complète par région. 

  • Infoluttes CGT finances publiques : télécharger le document : infolutte et tract mars.

 

logo_finances-20

Après le 22 mars, on continue !

La Commission Exécutive Nationale de la CGT Finances Publiques,

réunie les 27, 28 et 29 mars 2017, s’adresse aux agents :

 

A l’image de celles d’ores et déjà tenues ou en cours, la CGT Finances Publiques appelle à la généralisation des Assemblées Générales unitaires sur tout le territoire, pour décider dès à présent de modalités d’actions inscrites dans la durée, visant à la reconduction de la grève dans tous les services et au blocage de la DGFIP. C’est la seule issue pour obtenir satisfaction sur les revendications.

En effet, après le code du travail et des réformes au bénéfice des plus riches, le gouvernement s’attaque aux services publics et notamment à la Fonction Publique dans ses trois versants.

En parallèle au dépeçage de la SNCF et du statut des cheminots, le gouvernement s’en prend frontalement au statut des fonctionnaires, aux missions qu’ils exercent, et annonce 120 000 suppressions d’emplois dont 50 000 au sein de la Fonction Publique d’Etat.

Son projet de transformation de l’action publique « CAP 2022 » est inacceptable. Le gouvernement a franchi un nouveau cap en préconisant le recours accru aux non-titulaires, le renforcement de la rémunération au mérite, la diminution du nombre des instances de représentation du personnel et un plan de départs volontaires.

C’est dans ce contexte que notre administration fiscale, comptable et foncière est impactée de plein fouet. Objectif : la destruction de la DGFIP !

Pour ce faire, entre 16 et 18 000 emplois sont voués à y disparaître d’ici 2022. La réunion du 9 mars 2018 avec le Directeur Général a confirmé le fait que la pérennité d’aucune mission ne peut être garantie. Les réseaux de proximité sont remis en cause. Des directions départementales et des DiSI seront fusionnées. Confier la gestion des agents au préfet a été évoquée. De plus, les conditions de travail des agents n’ont jamais été autant dégradées. Pour amener à terme son projet destructeur, l’administration s’attaque aux règles de gestion, aux droits et garanties des personnels.

Face à ses attaques tous azimuts la lutte est engagée :

Dans le prolongement des précédentes mobilisations et de la réussite de la grève du 22 mars 2018, la grève est enclenchée à partir du 3 avril chez les cheminots, à l’énergie, à Air France, chez tous les acteurs privés et publics de la filière « collecte et traitement des déchets » ; les étudiants se mobilisent sous la forme d’occupations… A la DGFIP, des départements ont décidé de la grève dès le mois d’avril.

La CGT Finances Publiques vous informera régulièrement des initiatives, actions et grèves.

 

arton1760

 

La journée de mobilisation et de grève du 22 mars, à l’appel de la quasi-totalité des fédérations de fonctionnaires, a été marquée par un nombre important de rassemblements et de manifestations (140 sur tout le territoire). Ils font suite à ceux des retraités, et aux actions conduites dans de nombreux secteurs, tant dans le privé que dans le public.

Toutes ces mobilisations s’inscrivent dans une contestation forte de la politique d’un gouvernement qui entend briser les fondements de notre modèle social, construit patiemment, par la négociation, après la Seconde Guerre mondiale.
Après le droit du travail et avant les régimes de retraite, c’est au service public que l’exécutif a décidé de s’attaquer violemment et sans véritable concertation.
Les agents de la DGFiP l’ont bien compris, d’autant qu’ils font partie des principaux visés, les missions qu’ils exercent étant attaquées tous azimuts. Ils se sont fortement mobilisés, en même temps que l’ensemble des agents publics.

Avec un taux de grévistes avoisinant les 40 %, chiffre jamais atteint depuis janvier 2009, les personnels des finances publiques ont exprimé leur exaspération, leur colère et leur détermination à défendre leur avenir et celui de leurs missions.

En effet, alors que les personnels ont apporté la preuve, tant de leur engagement que de leur capacité d’adaptation à un environnement en constante évolution, ils sont sans cesse dénigrés y compris par ceux qui devraient au contraire les soutenir dans l’exercice de leurs missions.

Le ministre de l’Action publique et le Directeur général doivent entendre leur colère et répondre d’urgence à leurs revendications.

À la DGFiP, il convient désormais d’envisager, dans le cadre unitaire le plus large, les suites de ce mouvement du 22 mars qui ne peut rester sans lendemain.
Les organisations syndicales Solidaires Finances Publiques, CGT Finances Publiques, FO DGFiP appellent donc les personnels à se réunir rapidement pour décider ensemble des modalités de la poursuite de l’action. Les cheminots de leur côté ont posé les premières pierres d’une mobilisation au long cours qui débutera le 3 avril.
Les organisations syndicales de la DGFiP se réuniront le plus rapidement possible et ont d’ores et déjà sollicité une audience auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics et du Directeur général des Finances Publiques .
Les fédérations de fonctionnaires se réunissent le mardi 27 mars avant de rencontrer le secrétaire d’État en charge de la Fonction publique.

Inscrire la mobilisation dans la durée constitue un impératif si nous voulons empêcher la destruction de notre administration et plus largement celle du service public.

pdfappel intersynidical suite du 22 mars

Articles similaires

  • 7 mai 2017 Appel intersyndical au Havre : mobiliser dès le 8 mai (0)
    Au Havre, CGT, FSU, Solidaires et UNEF appellent à se mobiliser dès le lundi 8 mai si Macron est élu, après avoir faite barrage à Le Pen. En image: le tract unitaire d'appel au 1er […]
  • 5 septembre 2017 Prises de position syndicales pour combattre les ordonnances (0)
    Les prises de position de structures de FO pour combattre les ordonnances et appeler au 12 septembre se multiplient. Ci-dessous la déclaration de la fédération transport-équipement (FEETS) […]
  • 22 mars 2018 SNCF : les propositions de la CFDT cheminots (0)
    Nous avions rendu compte des propositions alternatives de la CGT cheminots face aux projets du gouvernement. Voici celles de la CFDT cheminots. La question du statut est […]
  • 14 décembre 2016 La FSU aux côtés du peuple syrien (0)
    Une manifestation est prévue le 14 décembre à Paris à 18h en solidarité avec la population d'Alep sous les bombes. La FSU y appelle. Communiqué de presse - Les Lilas le 14 décembre […]
  • 30 juin 2017 Gel du point d’indice : Solidaires et FSU réagissent (0)
    Suite aux injonctions de la Cour des comptes, le gouvernement vient d'annoncer toute une série de mesures d'austérité, dont le gel du point d'indice des salaires de la fonction publique, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *