Le SNJ CGT et la fédération cheminots CGT s’insurgent contre la cabale anti-cheminots

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Le syndicat national des journalistes (SNJ) CGT et la fédération cheminote CGT ont pris une initiative commune : démonter la propagande permanente du pouvoir contre les « privilégiés » du statut cheminots.

           F É D É R A T I O N    C G T    D E S    C H E M I N O  T S    e t    L E    S N J    C G T

snj_cgt

affiche_defense1

 

 

 

COMMUNIQUÉ : 

 

 LE DÉFERLEMENT ANTI-CHEMINOTS DOIT CESSER !

 Depuis quelques jours, les cheminots et leurs familles subissent des attaques inacceptables.

La Fédération CGT des cheminots et le Syndicat National des Journalistes CGT (SNJ-CGT) dénoncent avec force cette campagne de dénigrement sans précédent.

Rarement une profession aura fait l’objet d’un tel déferlement tous azimuts.

Depuis les annonces du Premier ministre concernant la casse de l’entreprise SNCF, les cheminots essuient les tirs croisés de celles et ceux qui militent pour la casse du service public ferroviaire.

NON, les cheminots ne sont pas responsables des décisions, des errances de la direction SNCF et des  gouvernements  successifs  qui, depuis des années, s’attachent à déboulonner l’entreprise publique.

NON, le Statut des cheminots n’est pas un « boulet » pour la SNCF et la Nation. Il est au contraire une force. Il permet d’assurer la continuité,    la pérennité et la stabilité du service public. Il est gage d’une formation professionnelle initiale et continue  de  haut niveau permettant d’assurer  la sécurité des circulations et le fonctionnement du chemin de fer public 24h/24, 365 jours par an.

NON, les cheminots ne sont pas responsables de la dette du système ferroviaire pas plus qu’ils ne sont responsables  de l’éclatement  de la  SNCF décidé lors de la réforme de 2014 qui préfigurait la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui.

Les comptes 2017 de la SNCF présentés récemment démontrent, une nouvelle fois, que les cheminots participent avec force et conviction au maintien et au développement du service public ferroviaire : le résultat net a triplé, la fréquentation est en progression sur les TGV comme sur les TER, tout comme les chiffres d’affaires de SNCF Mobilités et du groupe, pour ne citer que ces items.

Ces résultats viennent percuter de plein fouet les propos du Premier ministre sur la situation à la SNCF.

L’emballement anti-cheminots, savamment orchestré, vise en fait à détourner l’opinion publique et à opposer les salariés de la SNCF au reste de la population. C’est scandaleux !

Les cheminots ne se détourneront pas de l’essentiel. La réforme engagée vise, à terme, à réduire drastiquement le réseau ferroviaire, à ouvrir à la concurrence, à privatiser la SNCF et à porter un coup sérieux à leurs conditions sociales. En Europe, là où les mêmes réformes ont  été introduites, le prix des transports a explosé et leur qualité s’est effondrée. En France, le bilan de la privatisation des autoroutes est sans appel : hausse continue des péages et dégradation du service rendu.

De France Inter à Europe 1 en passant par TF1 ou les grands quotidiens, l’hostilité envers les mobilisations sociales est sans égal ! Le but de la CGT serait de « bloquer    la France » ou d’obliger « le contribuable à payer encore davantage pour le fonctionnement de la SNCF » ; le statut de cheminot ne serait « plus justifié  aujourd’hui » et il faudrait le « faire évoluer au minimum ». Le SNJ-CGT et la Fédération CGT des Cheminots appellent les journalistes à enquêter et à confronter les points de vue sur les réelles causes des dysfonctionnements de la SNCF et les effets que pourrait avoir « le nouveau pacte ferroviaire » présenté par le gouvernement.

Nous réaffirmons par ailleurs que si le gouvernement et la direction SNCF devaient choisir le passage en force, les cheminots répliqueraient avec lucidité et détermination.

 

D’ores et déjà, la Fédération CGT et le SNJ-CGT appellent les cheminotes et les cheminots, les usagers et leurs associations à participer massivement à la manifestation nationale unitaire le 22 mars prochain à 13h00, place de la République, à Paris.

La SNCF, certains veulent la descendre, NOUS, on la défend !

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

  • 24 mai 2018 Le SNEP-FSU explique pourquoi il appelle au 26 mai (0)
    Le Syndicat national de l'Education physique et sportive (SNEP-FSU ) de Bretagne envoie une note à ses adhérent-es  sur son positionnement dans le contexte social actuel, et sur la "marée […]
  • 26 mars 2018 Appel de syndicalistes pour Afrîn (0)
    40 syndicalistes lancent un appel de soutien aux mobilisations du peuple kurde contre l'agression d'Erdogan à Afrîn et dans le Rojava.   Syndicalistes pour Afrîn   À […]
  • 25 novembre 2018 Colloque de Chronique Ouvrière sur la violence dans le travail (0)
    Au moment où le travail devient un objet de débat permanent, ce colloque annoncé pour mars 2019 apportera une contribution.   Qu'est-ce que Chronique Ouvrière ? […]
  • 1 septembre 2018 Première mobilisation unitaire interprofessionnelle (0)
    C'était en gestation dès avant l'été et c'est confirmé: plusieurs organisations syndicales appellent à la grève et à des manifestations le 9 octobre 2018.   Déclaration commune […]
  • 22 mars 2018 Après le 22 mars, communiqués syndicaux (0)
    Nous publions ci-dessous les communiqués syndicaux au soir de la journée du 22 mars. Union syndicale Solidaires : La rue gronde... La journée de mobilisation et de grève du jeudi […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *