Lettre des syndicats CGT-SUD-CNT d’inspecteurs du travail à leur ministre (contre le harcèlement)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Trois syndicats d’inspecteurs-trices du travail écrivent à leur ministre pour dénoncer le double langage du gouvernement : contre le sexisme au travail, mais aussi contre les moyens de l’assurer.

Télécharger les trois documents :

 

Lettre ouverte SUD-CGT-CNT #BalanceTonPorc à l’inspection du travail

Lettre ouverte SUD-CGT-CNT #BalanceTonPorc à l’inspection du travail

La lutte contre les violences sexistes et sexuelles, notre Ministère s’y connaît.
Et depuis sa labellisation il tient à être au top niveau dans tous les domaines de l’acceptation du sexisme dans le monde du travail.

Label de l’affichage et de la tolérance aux agressions sexistes et sexuelles

Faire exactement comme les entreprises « vertueuses » :
– prétendre faire une top priorité de la question tout en s’assurant que rien ne puisse être fait pour les victimes
– illustrer parfaitement sa maîtrise du sujet en ignorant un agissement sexiste pour le transformer en conflit de personnes… pour le retourner finalement contre sa victime…

PDF - 227.9 ko
Formation, Effectifs et Exemplarité, merci d’avance Mme la Ministre
Ouvrir / Télécharger en cliquant sur le document

Label de la croissance de la baisse de l’action

L’inspection du travail, avant de voir ses effectifs baisser en flèche, avait une fâcheuse tendance à enquêter sur le harcèlement sexuel et le sexisme. L’Association contre les Violences Faites aux Femmes au Travail (AVFT) témoigne de ce véritable harcèlement administratif des harceleurs victimes, heureusement révolu car combattu à la source.

PDF - 1.1 Mo
Détruire les effectifs pour empêcher la lutte contre le sexisme
Ouvrir / Télécharger en cliquant sur le document

Label « #MeToo, c’est dur d’en parler »

A l’encadrement du Ministère du Travail aussi, on a du mal à parler des violences sexistes et sexuelles. Alors on préfère ignorer les plaintes, les signalements, ou si vraiment on y est contraints et forcés, après de longs mois, on envisagera de muter l’agresseur en catimini, avec une petite tape sur les doigts.

PDF - 176.1 ko
Négation du sexisme au Ministère du travail
Ouvrir / Télécharger en cliquant sur le document

Article publié le jeudi 19 octobre 2017

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *