Paris : victoire de 400 sans-papiers en lutte avec Droits devant!, CGT, FSU, SNU Solidaires

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Communiqué de Droits devant! sur une victoire (avec soutien CGT, FSU, Solidaires) des sans-papiers en deux jours d’occupation à Paris.

 

Droits devant!!
47, rue de Dantzig – 75015 – Paris
Tel: 01.42.50.79.92

Logo_droits_devant


Paris le 31 mars 2016

 


VICTOIRE DES TRAVAILLEURS SANS-PAPIERS QUI OCCUPAIENT LA DIRECTION GÉNÉRALE DU TRAVAIL
(DGT)
Après avoir occupé durant deux jours la DGT, les 400 sans-papiers des collectifs 93, 94 et Droits devant !!, soutenus par l’intersyndicale CGT, FSU SNU et Solidaires ont contraint le Ministère du travail à recevoir une délégation mercredi 30 mars à 18 h 30 au ministère du travail, dans la salle historique des « Accords de Grenelle ».

La rencontre s’est soldée par une avancée très importante concernant les revendications portées par les travailleurs sans-papiers concernant leur régularisation.

M. Imbert, directeur de cabinet de la ministre, a en effet rédigé mercredi soir un document officiel répondant notamment à la principale exigence des sans-papiers, à savoir :

–           La mise en place d’un groupe de travail tripartite regroupant le ministère du travail, les sans-papiers et l’intersyndicale, qui débutera la semaine prochaine, dans le but « D’ENGAGER UN PROCESSUS DE TRAVAIL COMMUN ».

Ce processus s’appuiera sur les trois points clé des revendications portées depuis plus d’un an par les sans-papiers et leurs soutiens :

–           Que tout travailleur sans-papiers soit régularisé sur simple preuve de relation de travail, sans condition de durée, de séjour ou d’emploi,

–          Que l’inspection du travail soit dotée d’un pouvoir de régularisation d’un sans-papiers sur simple constat d’une relation de travail,

–          L’abrogation de la taxe de l’Office Français de l’Immigration et de l’intégration (OFII), discriminatoire et synonyme de préférence nationale, qui oblige l’employeur à payer une taxe d’environ 1000 euros pour l’embauche d’un sans-papiers, que celui-ci paye en réalité de sa poche.

Nous sommes satisfaits que le Ministère du Travail reconnaisse ENFIN ses responsabilités quant à la régularisation des sans-papiers (travailleurs avant d’être sans-papiers !), jusqu’ici parqués dans la chasse gardée, répressive et pénalisante, du ministère de l’intérieur et des préfectures de police.

Cette victoire, arrachée grâce au courage, à l’unité et à la solidarité exemplaires des sans-papiers, marquera probablement d’une pierre blanche la longue marche des sans-papiers, entamée il y a 20 ans, qui porte en son sein  l’interminable combat pour l’égalité des droits.

C’est pour cette raison que le gouvernement, paniqué à l’idée que la grande manifestation d’aujourd’hui puisse converger avec le lieu d’occupation des sans-papiers, a réquisitionné une nuée de gardes mobiles pour les expulser. Qu’ils soient Goodyear, chômeurs, précaires, réfugiés ou sans-papiers, toutes et tous s’uniront dans la durée contre la répression, la misère et les exclusions.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *