Solidaires Météo et les évènements climatiques

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Le syndicat Solidaires Météo Sud Est dénonce le manque de moyen de Météo-France pour faire correctement le travail de prévision des évènements climatiques tels que celui qui a ravagé le département de l’Aude.

logo-meteo

 

- 1er syndicat de l’EPA Météo ­France avec 38% des voix
- 1er syndicat pour le corps des Techniciens Supérieurs de la Météorologie (TSM) avec 45,5%

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SYNDICAT SOLIDAIRES METEO SUD-EST : L’ETABLISSEMENT PUBLIC METEO-FRANCE A-T-IL ENCORE LES MOYENS POUR ASSURER LA SECURITE DES PERSONNES ET DES BIENS ?

 

Des critiques fusent de toutes parts sur la réactivité de Météo-France suite aux événements récents dans le département de l’Aude, notamment sur le passage tardif en vigilance rouge et sur la banalisation des vigilances oranges liée à l’imprécision des modèles numériques ainsi que la crainte de Météo-France de passer à côté d’un événement important.

Est-ce uniquement l’imprévisibilité de cet évènement qui a abouti à un passage tardif en vigilance rouge ?

Revenons sur les réorganisations territoriales successives à Météo-France.

Le 31 mai 2012, le centre météo de Carcassonne a fermé ses portes. Dorénavant, le centre de prévision pour l’Aude et les Pyrénées-Orientales se situe à Perpignan.

« Cette décision intervient dans le cadre d’une réorganisation nationale, confirme Jacques Manach, directeur de la région du Sud-Est (Languedoc-Roussillon, la région Paca et la Corse). Jusqu’à présent, Météo France avait un centre par département. Désormais, nous regroupons les services. C’est le cas pour Carcassonne. Perpignan devient un centre territorial qui regroupe l’Aude et les Pyrénées-Orientales ».(article de l’indépendant du 24 mai 2012)

Selon, ce même article, il est précisé par notre direction que

« Le volet sécurité des personnes et des biens est déjà assuré par le centre interrégional d’Aix-en- Provence. Et le redéploiement des effectifs permet de renforcer les autres services. Jusqu’à présent, il n’y avait qu’un prévisionniste le jour à Carcassonne. La nuit, c’est le centre interrégional d’Aix-en- Provence qui prenait le relais avec une personne chargée de toute la région sud-est. Désormais, le travail de la journée sera assuré par Perpignan. Pour la nuit, la veille se fera toujours à Aix-en- Provence mais par quatre personnes : une pour le Languedoc-Roussillon, une pour Paca, une pour la Corse et un coordonnateur qui supervise ».

Au 18 octobre 2018 qu’en est-il réellement? Pour le centre interrégional d’Aix-en-Provence, le dispositif qui a été « vendu » aux préfets, n’existe plus. L’organisation actuelle ne repose plus que sur 2 agents : un chef prévisionniste régional et un prévisionniste pour la région Languedoc- Rousillon, Paca et Corse, le jour comme la nuit….

L’argument le plus souvent avancé pour justifier la baisse des effectifs consiste à mettre en avant les progrés des nouveaux modèles à maille fine et l’arrivée d’un nouveau supercalculateur : Les prévisions seront plus précises et le personnel est suffisant pour répondre à des événements météorologiques exceptionnels et assurer la Sécurité des Personnes et des Biens. Il n’est pas question de nier l’apport des progrès techniques et scientifiques de la prévision. Mais plus les modèles météorologiques gagnent en précision, plus le besoin d’expertise se manifeste. Pour illustrer cela, on peut utiliser une métaphore médicale : imagine-t-on passer un scanner sur un appareil dernier cri, bijou de technologie, sans un spécialiste capable d’interpréter ces images très précises ? Aussi sommes-nous amenés a nous poser la question suivante : l’effectif actuel sera-t-il suffisant pour assurer le suivi de ces évènements météorologiques extrêmes auprès des organismes en charge de la Sécurité des Personnes et des Biens?

Dans ce même article, un délégué syndical dit sur le centre météo de l’Aude : « Au moindre problème météorologique, le chef de centre ou un prévisionniste prenait les choses en main, quitte à se déplacer pour être plus près du dispositif en période de crise. Ce n’est plus possible ! ».

Cette réactivité et la redondance, à la fois sur le suivi de la situation météorologique et sur la communication auprès des responsables n’est plus possible sur le terrain.

Ce suivi de la prévision et la réactivité sont très importants lors d’événements météorologiques méditerranéens qui peuvent être brusques avec des intensités de pluies parfois très fortes.

Alors que les phénomènes météorologiques liés aux perturbations méditerranéennes et au réchauffement de la planète, vont se poursuivre et s’amplifier sur la région du Grand sud-est, Météo-France réduit ses effectifs drastiquement. Actuellement, il y a encore quelques centres dits territoriaux (en charge de plusieurs départements avec une mission du suivi de la sécurité en journée).

 

En 2022 avec la poursuite de la baisse des effectifs (de 3000 agents en 2018 à 2500 en 2022 soit 17% de l’effectif), tous ces centres vont disparaitre.     

 Nous constatons que, lors de situations météorologiques « exceptionnelles », nos collègues de la Direction Régionale d’Aix-en-Provence (actuellement 2 la nuit) se trouvent sous le feu de sollicitations importantes et subissent de nombreuses pressions… Et cela sera pire dans les années à venir. Ce mode d’organisation faisant reposer toute la responsabilité du suivi météorologique sur toute la région sud-est sur seulement 2 agents est non seulement dangereux pour les agents, mais également extrêmement fragile quant à la surveillance météorologique du territoire.

Il est clair que l’organisation de Météo-France liée à la baisse importante des effectifs, n’est pas à la hauteur des enjeux de sécurité actuels. Or, nous savons par le biais des différentes alertes du

G.I.E.C. (cf dernier rapport spécial d’octobre 2018) et d’études récentes sur la région du Grand Sud- Est, que le climat s’affole et qu’il est temps de changer de cap. Les événements que nous avons vécus récemment vont se répéter plus souvent et devenir de plus en plus intenses sur notre région.

Pour Solidaires-Météo sud-est, c’est aussi le temps de changer de cap dans la gouvernance de Météo-France. Il est absolument nécessaire que le Ministère de l’Environnement et Météo-France revoient leurs copies en augmentant les effectifs à Aix-en-Provence, en maintenant les centres existants qui participent à la Sécurité des Personnes et des Biens, en favorisant la présence de Météo-France sous différentes formes dans les départementaux où il n’y pas plus de centres météorologiques.

 

Contact Solidaires Météo Sud-Est : Noël Mas , prévisionniste à Météo-France Montpellier Tél : 07 67 27 91 59

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *