Un positionnement sur les enjeux du moment : UD CGT Haute Loire

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Le bulletin de l’Union départementale CGT de Haute Loire prend position dans son éditorial sur les enjeux de la situation : élections politiques et indépendance, résultats de la représentativité syndicale, importance d’un 1er Mai unitaire.

images

 

Sommaire  :

  • Editorial : page 1
  • Actualité UD CGT 43 (pages 2 à 4) :  journée d’action du 8 mars 2017, médecine du travail, décryptage du projet du FN, journée sur industries et services publics le 14 mars
  • Tract 1er Mai : page 5
  • Face à face (pages 6 à 8): compte-rendu de luttes (Riche Monts, lycée, CAF 43, facteurs, santé, énergie, retraites)
  • Echo des syndicats  (pages 9 et 10) : AG des syndicats constructions et organismes sociaux
  • Hommage à nos camarades : page 11
  • Formation 2017 : page 12

 

  • L’éditorial :

Pour un syndicalisme majoritaire

 

 

Nous vivons une situation bouleversée avec une accélération des changements : ultra-financiarisation de l’économie, mutations et dégra- dations de nos conditions de travail, explosions des collectifs, pertes de sens et de repères, difficultés pour les syndiqué-e-s d’agir…

Pour les élections, nous réaffirmons que la CGT est indépendante : elle ne donnera pas de consigne de vote et continuera à défendre l’intérêt des salariés quel que soit le gouvernement.

Mais nous ne sommes pas neutres, car nous portons  des revendications socialement nécessaires et écologiquement soutenables : augmentation des salaires et amélioration de la sécurité  sociale, diminution du temps de travail et retraite à 60 ans, développement de l’industrie et des services publics. Certains candidats portent ces propositions et nous nous en réjouissons. A l’inverse les candidats de l’argent, Marine Le Pen en tête, défendent l’intérêt des riches et des puissants en distillant le poison de la division : séparer les salariés suivant leur origine, leur religion, leur sexe, leur âge… bref les vieilles recettes pour maintenir le système tel qu’il l’est, faisant mine de le combattre, en pointant ceux qui ne sont pas responsables. Ne nous trompons pas de colère, ne nous laissons pas avoir !

Tous les médias ont annoncé que la CGT n’était plus la 1ère organisation syndicale en France. Ceci est vrai dans les entreprises de plus de 11 salariés. Si l’on compile tous les résultats (Fonction Publique, TPE, et + de 11) la CGT reste N°1. Ceci ne doit pas masquer les enjeux qui sont face à nous : oui il faut un syndicalisme puissant, majoritaire dans le public comme dans le privé. C’est ce que nous essayons de faire en Haute-Loire, avec de bons résultats en termes de voix et de syndiqués dans les TPE, dans les 3 fonctions publiques, ou dans le privé.

Cette orientation unitaire et revendicative, difficile à tenir mais nécessaire pour gagner, doit s’amplifier. Le 1er mai est une nouvelle étape de mobilisation que nous souhaitons le plus unitaire possible. Les adhérents CGT doivent jouer un rôle moteur pour un syndicalisme majoritaire dans l’ensemble du salariat, pour que demain soit mieux qu’aujourd’hui.

Thomas VACHERON

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *