Une biographie de Charles Piaget

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Une biographie de Charles Piaget, figure marquante du syndicalisme et des luttes des années 1970, vient de paraître aux éditions du Sekoya. L’auteur Joël Mamet, ancien journaliste à L‘Est Républicain, a tenu à réaliser une approche personnelle, familiale, humaine, d’un personnage hors du commun. Et donc ne pas s’en tenir à la figure publique du « militant », lequel reste très actif à Besançon (Doubs) et souvent partout ailleurs où il est sollicité, malgré ses 92 ans.

Ci-dessous :

  • Une vidéo FR3 Besançon. 
  • Et un commentaire du livre par Jean-Paul Lévy (Besançon). 
  • Le dossier de presse du livre

 

PIAGET avant-pendant-après LIP

  • Vous trouverez ce livre chez votre libraire préféré ! 20 euros

Mamet Joël, Piaget. Avant-Pendant-Après LIP. Charles Piaget, une figure du mouvement ouvrier international. Biographie, Besançon, Editions du Sékoya, 295 p., 20 €

La fiche du leader syndical de l’entreprise LIP est consultable sur le Maitron (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, maitron.org). Cet ouvrage précise et amplifie la biographie de Chares Piaget. L’auteur est un ancien journaliste de la rédaction bisontine (de Besançon) au quotidien L’Est républicain. Cet penchant localiste explique d’ailleurs pourquoi le livre est édité chez un éditeur local, limitant sa diffusion.

Depuis de son adolescence, comme J. Mamet explique dans une postface, il est fasciné par le conflit Lip (entreprise d’horlogerie) et la figure de son leader, Charles Piaget. Il n’est pas nécessaire de rappeler dans le détail ce conflit atypique et radical qui a duré une année et qui fut la première (et victorieuse) réplique du mouvement ouvrier au développement du chômage de masse au milieu des années 70. La victoire se révèle de de courte durée, puisqu’en 1976, une nouvelle fermeture de l’entreprise a lieu. Mais, le conflit ne s’arrête pas pour autant. Il faut rappeler le contexte politique de la période pour comprendre la stratégie des ouvrier.es de Lip. En effet, l’approche des élections législatives laisse entrevoir une victoire de l’Union de la gauche au pouvoir. La rupture du programme commun amène les Lip à envisager un combat de longue haleine et à se lancer dans l’aventure de la création des coopératives. Le dos au mur, la lutte se poursuit. Hélas, l’élection de Mitterrand en 81 ne résoudra en rien le problème. La gauche laissant les coopératives dépérir les unes après les autres.

De ce très long conflit social émerge une figure, celle de Charles Piaget, leader de la section CFDT. La question à laquelle le journaliste s’attache est de savoir pourquoi et comment ce chrétien, chef d’atelier, a pu devenir le porte-parole d’un conflit qui a défrayé la chronique européenne dans la fin des années 70 ? Ecrit de manière très vivante, nourri de très nombreuses anecdotes, de références et d’allusions à la vie bisontine et franc-comtoise, sous tendu par des entretiens variés aussi bien parmi ses camarades de lutte que parmi les membres de sa famille, cette biographie retrace donc la vie de Piaget, bien en-deça et au-delà du contexte du conflit qui a assuré sa réputation.

Classiquement, il commence par son enfance, son adolescence tourmentée, son entrée dans la vie professionnelle, puis son engagement syndical à la CFTC de l’après- guerre. Centré sur l’homme (et son entourage), le propos se développe au fil des années et de l’évolution du personnage. Cette construction est symbolisée par l’absence d’un chapitre sur le récit du conflit Lip  lui-même, évoqué dans une des annexe du livre[1]. En revanche, les détails sur sa vie familiale, sur ses loisirs (sa passion du cyclisme ou son penchant pour le jardinage) … abondent. Ce qui ne signifie pas que certains combats importants conduit sous l’égide d’une pratique démocratique ne soient pas évoqués au fil des pages. L’auteur n’oublie pas de signaler que l’engagement dans le collectif n’a pas surgit dans le cadre du conflit, mais s’est nourri d’une pratique syndicale dans les décennies qui précédent.

Si l’analyse du conflit n’est pas au cœur du livre, en contrepartie, le récit des activités de Piaget se déploie bien au-delà du conflit et intègre sa vie et ses engagements après le conflit (évocation du rôle dans la constitution d’AC et de la lutte contre le chômage), pour se conclure sur la vieillesse contemporaine de l’individu.

l’on apprend énormément sur le personnage, sa formation, ses idées et conceptions du monde, on regrettera néanmoins à la fois l’absence de faits marquants (ainsi son engagement dans la défense des comités de soldats, pour lequel il a été arrêté et brièvement emprisonné) ou encore le fait que certains témoignages n’aient pas été sollicités (par ex. celui de Fatima Demougeot). On peut de même s’interroger sur la partie finale qui donne la parole à un certain nombres de personnes qui ont côtoyé le « phénomène » Piaget. En effet, la présence de certains de ses camarades de l’équipe CFDT (Burgy, Vittot, Jeanningros) permet d’éclairer la personnalité hors norme de Piaget. En revanche, on peut avoir plus de doute sur le recueil de paroles de patrons qui n’ont, par ailleurs, jamais été en contact avec Piaget. C’est le côté journalistique du propos, où il faut donner la parole à toutes les parties prenantes. Illustré par des photos, dont certaines inédites, cette biographie éclaire à la fois un personnage opiniâtre tout en restant modeste en même temps que la figure d’un militant d’une dimension exceptionnelle. Une lecture plus que recommandée.

Jean-Paul Lévy

 

[1] Sur l’analyse du conflit, on se reportera au magistral ouvrage de Reid Donald, L’affaire Lip. 1968-1981, Rennes, PU Rennes, 2020, 537 p.

couverture

piaget 1piaget2piaget3

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *