Une enquête de la DARES sur la syndicalisation

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

La Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES), organisme du Ministère du travail,  vient de publier une étude sur l’état de la syndicalisation en France, datant de l’année 2013.  Nous publions en complément un extrait d’une interview de Philippe Martinez (CGT) à l’hebdomadaire Politis, où il commente  positivement cette étude.

Ce qu’est la DARES : La direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) est chargée d’assurer la production régulière et fiable de statistiques et d’analyses utiles au ministère en charge du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle et aux acteurs sociaux (partenaires sociaux, conseils régionaux, service public de l’emploi, presse économique et sociale, etc.). Service statistique ministériel, la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) produit en toute indépendance des données mises à disposition du public.

Logo-DARES_large

 

Etude de Marisa Teresa Pignoni: cliquez dares et syndicalisation-2013

 

Interview de Martinez par Politis

ob_3ced67_logo-site-png

 

Extraits : Question Politis : Cela induit-il une question sur la baisse de la syndicalisation en France ? 

Philippe Martinez: « Non, il n’y a pas de baisse de la syndicalisation. Nous en sommes d’ailleurs les premiers surpris car, si on connait le nombre de nos adhérents, on ne sait pas grand-chose de ceux des autres syndicats et, comme tout le monde, on entend trop souvent parler d’une telle diminution. Or, c’est faux !

La dernier rapport de la DARES du Ministère du travail montre en effet clairement que le taux de syndicalisation ne connait pas de baisse en France depuis les années 1990. Il se maintient autour de 11% en moyenne, toutes catégories confondues. Bien sûr, la multiplication des situations de travail, avec une plus grande diversité des statuts, ne nous est pas favorable à long terme, puisque, évidemment, plus on est précaire, moins on est syndiqué. Or, comme 80% des embauches aujourd’hui sont précaires, si cette situation perdure-et je crains que ce soit le cas, malheureusement-, on peut craindre pour l’avenir du syndicalisme français… »

 

 

 

Articles similaires

  • 8 février 2016 A son congrès, la FSU met l’accent sur le « U » (0)
    Après le congrès de la FSU, qui a eu lieu du 1er au 5 février 2016, voici donc le temps des commentaires. Une journée passée au congrès ne permet pas une vision d’ensemble. D’autres […]
  • 2 mai 2016 Syndicalisme et Nuit Debout : débats et convergences (0)
    Le soir du 28 avril, plusieurs responsables syndicaux nationaux ont pris part à une grande Assemblée générale de débat place de la République à Paris. Dont Philippe Martinez, secrétaire […]
  • 3 décembre 2015 Le prochain congrès de la FSU en février 2016 (0)
    Le prochain congrès de la FSU aura lieu au Mans du 1er au 5 février 2016. Nous mettons ici l'accès (grâce au site du SNETAP, Syndicat national de l'enseignement technique agricole) aux […]
  • 12 septembre 2018 52ème Congrès CGT : ouverture du débat (0)
    La CGT vient de publier un 4 pages adressé aux syndiqué-es situant les débats principaux mis en avant au congrès de mai 2019. La question du travail est particulièrement valorisée, en lien […]
  • 24 mai 2018 Le SNEP-FSU explique pourquoi il appelle au 26 mai (0)
    Le Syndicat national de l'Education physique et sportive (SNEP-FSU ) de Bretagne envoie une note à ses adhérent-es  sur son positionnement dans le contexte social actuel, et sur la "marée […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *