Syndicalistes et Gilets jaunes : l’expérience de Gaillac (Tarn)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Voici le courrier d’un syndicaliste qui explique à un autre syndicaliste (Christian Mahieux, de Solidaires et de l’équipe rédactionnelle de la revue Les Utopiques) comment les Gilets jaunes (Les Zèbres de Gaillac, dans le Tarn) débattent et comment des syndicalistes qui sont parmi eux/elles, font leur travail, tout en constatant les difficultés à associer vraiment les cultures militantes différentes.

images                                                                  Les lycéens s’en mêlent

image

« Je t’écris de Gaillac, où nous tenons un rond-point depuis le 17 nov, en compagnie notamment de Liêm Khê Luguern
(que tu n’es pas sans connaître puisque c’est elle-même qui me suggère de t’écrire).

Nous te faisons parvenir une synthèse d’un débat que nous avons tenu à organiser le 8 février à Brens, près de Gaillac.
Nous étions plus de 300, ce qui est énorme pour notre petite ville. Par comparaison, les réunions du Grand Débat national, ont rassemblé beaucoup moins de monde, une douzaine pour la dernière d’entre elles.

Tu pourras y remarquer la richesse des échanges, même si nombre de sujets sont absents ou un peu faibles, je pense notamment à ce qui a trait à l’international, ou encore à la justice. Nous prévoyons de refaire une réunion  publique le 8 mars pour approfondir certains sujets.

Nous nous engageons actuellement vers une autre phase du mouvement, assez imprévisible, où nous projetons de tenter  la  convergence : avec des salariés de centres d’impôts locaux  dont l’existence est menacée ; avec des militants pour l’environnement, lors des journées pour le climat du 15 mars etc.
Les enseignants et lycéens ne sont pas non plus très loin de nous, même si pour l’instant ils se tiennent encore réticents à rejoindre le rond-point.

Chaque rond-point est une entité en soi, parfois antinomique de ses voisins, et ce pour le meilleur et parfois le pire.
Le rond-point des Zèbres de Gaillac est depuis le début animé par plusieurs briscards syndiqués et désormais à la retraite. Il y a ainsi plusieurs anciens de la cégèt du rail, ou de l’usine Alphacan de Gaillac, ou des anciens services publics, comme le gaz.
On a aussi des profs sudistes de l’Educ nationale, dont Liêm Khê, encore en activité et moi-même, qui suis à la retraite.

Pour être honnête, le sentiment à l’égard des syndicats est mitigé, parfois  hostile, y compris de la part de celles et ceux qui en furent des militants. Les dernières décennies d’échecs ou de compromission syndicales, y sont évidemment pour beaucoup (je ne mets pas tout le monde dans le même sac). Cette faiblesse actuelle  ne signifie pas qu’il faille contester la nécessité pour les salariés de s’organiser.

Au plaisir de te rencontrer. Longue vie à la lutte des travailleurs.« 

Jean-Claude Egidio

Photo ci-dessous les gilets jaunes s’associent au festival des lanternes à Gaillac

capture_gj_facebook-3997023

En pièce jointe, la synthèse du débat organisé par les Gilets jaunes de Gaillac le 8 février à Brens

Si vous pouvez  diffuser merci de le faire

 

 

 

  • Extraits : Les gilets jaunes du rond-point des Zèbres de Gaillac.

 

 

« Près de 350 personnes ont participé (c’est bien le mot) au grand débat ci- toyen de ce vendredi 8 Février à la salle des fêtes de Brens, organisé par les gilets jaunes du rond-point des Zèbres de Gaillac.

L’association nationale des cafés-citoyens menait la soirée avec efficacité. Un débat d’une très haute tenue (c’est l’avis général partagé par tous), car les per- sonnes présentes avaient préparé leur sujet et intervenaient fort pertinemment. Pra- tiquement tous les sujets, présentés en début de soirée par les gilets jaunes, ont été abordés :

  • JUSTICE FISCALE ET POUVOIR D’ACHAT
  • LES SERVICES PUBLICS
  • ÉCOLOGIE ET TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
  • DÉMOCRATIE ET INSTITUTIONS

Le côté marquant des interventions est que les participants étaient là pour apporter leur pierre, leur participation, à l’action « gilets jaunes». Une façon de dire :«on ne peut pas être sur le rond point, mais on est là, on est avec vous». Ce fut un grand encouragement pour tous ceux qui bravent le froid depuis bientôt 3 mois, et qui n’envisagent pas de lâcher.

En attendant, et même après, vous pouvez tous venir passer quelques mo- ments avec nous sur le rond point dit «des zèbres».

Une suite sous forme de plusieurs autres débats, à Brens ou ailleurs, est envisagée dans les prochains jours pour approfondir les sujets abordés lors de cette première.

En quoi les Gilets jaunes sont-ils une force de proposition pour un monde plus juste et équitable, respectueux du Bien Public, des valeurs républicaines, des citoyens, des Peuples et de la Planète ?

A/ JUSTICE FISCALE – POUVOIR D’ACHAT

Comment une fiscalité plus juste et un pouvoir d’achat réévalué pour les plus modestes pourrait-il réduire les inégalités et favoriser le progrès social ?

Que doit on penser d’une société

  • POUVOIR D’ACHAT qui laisse sur le bord de la route les plus faibles d’entre nous ?

Le pouvoir d’achat est au cœur des débats car il est la préoccupa- tion majeure des gens, régulièrement discuté par les syndicats, les mé- dias et les responsables politiques. Il est nettement en baisse depuis de nombreuses années pour la plus large part de la population : «Ce n’est pas qu’une impression, le pouvoir d’achat des Français a réellement baissé de- puis 2008. Les ménages français ont perdu en moyenne 440 euros par an de revenu disponible.» (source OFCE 2018)

Les dépenses contraintes comme le logement ou l’énergie, l’ali- mentation ou le transport ont nettement augmenté dans les budgets des foyers car ils ont subi une inflation importante. Les loisirs ne sont plus pos- sibles pour nombre d’entre nous.

Les politiques d’austérité de l’UE ont touché de plein fouet les sa- lariés et les retraités sans pour autant améliorer la situation économique, loin de là ! L’UE a besoin d’un modèle social renforcé et non de dévalori- sation du travail au profit du capital. Il est inacceptable que les salaires, pensions et prestations sociales soient la seule variable d’ajustement des politiques publiques.

Les peuples de l’UE ont besoin d’un pacte de solidarité et non de compé- titivité!

Devons-nous continuer à tolérer que certains de nos aînés, retrai- tés deviennent les plus pauvres d’entre nous au point de devoir choisir entre se chauffer ou se nourrir ?

 

Que des jeunes travailleurs, des étudiants soient mal logés (baisse de 5€ des APL), ne mangent pas à leur faim ? « 

[….]

Lire la suite en téléchargeant le document.

Print Friendly

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *