8 mars : le collectif femmes-mixité CGT mobilise

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Le collectif femmes-mixité de la CGT mobilise pour réussir le 8 mars. Plus bas, le communiqué CGT sur le dispositif du gouvernement sur l’égalité salariale femmes/hommes. 

images

 

Besoin de vous pour réussir un grand 8 mars !

26% d’écart de salaire, 30% de femmes victimes de harcèlement sexuel au travail, 30% des femmes enfermé.e.s sur des emplois à temps partiels…Contrairement à ce que disent le patronat et le gouvernement, en matière d’égalité, le compte n’y est pas! La CGT et le collectif #8mars15h40 appellent à la grève et à l’action notamment à 15h40. Pour afficher leur mobilisation, nous proposons aux salarié.e.s de porter un foulard violet.

Il nous reste 7 jours pour réussir un grand 8 mars, et nous avons déjà des signes très encourageants

–          Plus de 100 000 personnes ont déjà vu la vidéo d’appel à la mobilisation

–          Plus de 100 évènements sont annoncés sur le site 8mars15h40.fr

–          Des préavis de grève sont déposés dans tous les secteurs qui le nécessitent (transports, fonction publique, énergie)

–          Les assistantes maternelles « gilets roses », avec la CGT et FO appellent à l’action le 9 mars. 23 rassemblements sont déjà annoncés.

–          A Paris, nous défilerons ensemble pour les droits des femmes, en gilets jaunes, rouges, roses et foulards violets, le samedi 9 mars à 11h

Ensemble nous pouvons faire encore mieux ! Pour réussir un grand 8 mars et assurer une visibilité maximale à la CGT

–          Annoncez les actions que vous avez prévues sur le site 8mars15h40.fr et appelez les syndicats de votre périmètre à faire de même. La conférence de presse de lancement a lieu lundi 4/03, la carte de France nous permettra de valoriser toutes les initiatives

 

–          Partagez la vidéo d’appel à la mobilisation, inscrivez-vous sur l’évènement Facebook et inviter tou.te.s vos ami.e.s à faire de même

 

–          Sur votre territoire, venez prêter main forte aux assistantes maternelles

A votre disposition

–          Les tracts CGT : le 4 pages confédéral (livré dans les UD), les dessins, affiches et vidéos, les tracts UGICT (tract privé, tract Fonction publique)

–          Les foulards violets CGT, qui ont été livrés dans les UD

–           Le kit de communication unitaire (logo, appel, vidéos, pancartes…)

–          Toutes les infos sur la mobilisation des assistantes maternelles

Excellent 8 mars à toutes et tous ! On compte sur vous !

Mathilde Sally-Boundé Cléon
Conseillère confédérale
Activité Femmes – Mixité
Espace Revendications Economiques et Sociales
Tél. : 01 55 82 81 44
Secrétariat : 01 55 82 81 57
fem-mixite@cgt.fr

siteon0-dc90f

INDEX ÉGALITÉ SALARIALE

L’opacité organisée

Aujourd’hui-même, les entreprises de plus de 1 000 salarié-e-s sont tenues de publier leur « index égalité salariale » : une note sur 100 à partir de 5 critères.

Celles qui auront moins de 75/100 seront tenues de négocier des enveloppes de rattrapage salarial pour corriger la situation dans un délai de 3 ans, sous peine de nouvelles sanctions. Il s’agit là d’une obligation de résultats arrachée par la CGT et l’intersyndicale en mai 2018.

Cependant, pour tenter de soustraire les entreprises à leurs responsabilités, le gouvernement a retenu des modalités de construction de l’index leur permettant de dissimuler des écarts de rémunération.

Dès qu’elles ont eu connaissance de cette manœuvre, en décembre dernier, l’ensemble des organisations syndicales a demandé au gouvernement de modifier l’index. Cette demande n’a pas été entendue et les premières notes publiées confirment malheureusement les inquiétudes des organisations syndicales : elles sont excellentes, alors que la situation des femmes de ces entreprises l’est beaucoup moins !

L’index présente 5 défauts majeurs :

·         un défaut de transparence. Au lieu de faire la transparence sur les écarts de rémunération, le gouvernement a seulement imposé la publication d’une note globale, sans les détails. Dans de nombreuses entreprises, la note a même été annoncée sans les consultations du CSE pourtant prévues par le décret ! Les inspections du travail n’auront pas plus de détails. La note globale peut donc dissimuler des écarts de salaire très importants et occulter la réalité des inégalités ;

·         des « seuils de pertinence » inacceptables. Pour le calcul des écarts de rémunération, le gouvernement a prévu des seuils de pertinence de 5 points. En clair, si l’écart de rémunération est de 15 % entre les femmes et les hommes cadres, on y retire 5 points pour n’en retenir que 10 % ! Ceci revient à admettre, par principe, une partie des inégalités de rémunération !

·         un barème et une pondération qui permettent d’occulter les écarts. Le barème sur les écarts de rémunération est très progressif. Une entreprise qui a 10 % d’écart de rémunération  en moyenne (donc 15% avant l’application du « seuil de pertinence ») aura 30/40 points et pourra donc se prévaloir d’une note de 90/100 !

·         des critères à revoir. Au lieu de comparer le montant d’augmentation annuelle des femmes et des hommes, on regarde seulement le pourcentage de femmes et le pourcentage d’hommes augmentés annuellement (critère 2). On peut donc sortir des augmentations en « trompe l’œil » et a minima pour les femmes ! De même pour le retour du congé maternité (critère 4) : au lieu de vérifier l’application de la loi et de s’assurer que les femmes ont bénéficié du même montant d’augmentation que les autres salarié.e.s, on se contente de regarder si elles ont toutes été augmentées, sans s’intéresser au montant, comme la loi l’impose ;

·         une partie des facteurs structurels des écarts de rémunération ne rentre pas dans le champ de l’index : les écarts de temps de travail, les écarts cumulés sur la carrière et la dévalorisation des métiers à prédominance féminine sont pour l’essentiel évacués.

 

La CGT interpelle le gouvernement : un premier bilan doit être tiré et les modalités de l’index doivent être modifiées d’urgence pour garantir la mise en œuvre de la loi qui prévoit une obligation de résultats et de suppression des écarts de rémunération.

La CGT appelle les salarié.e.s à se mobiliser pour gagner enfin l’égalité et contraindre le patronat à débloquer les enveloppes de rattrapage salariales nécessaires. Le 8 mars prochain, à 15h40, toutes et tous en grève !

 

Montreuil, le 1er mars 2019

 

Print Friendly

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *