Front social appelle à mobiliser le 8 mai à Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Une partie des syndicats et mouvements rassemblés pour le « premier tour social » le 22 avril dernier (2000 personnes à Paris) se sont constitués en « front social » et appellent à manifester le 8 mai 2017 à Paris. Leur logique: lutter contre « la peste » et le « cholera ». 

lundi 8 mai 2017 à 14h

 « Régression sociale élue, tou.tes dans la rue ! »

Le 8 mai, front social à République !

Salarié.es du privé comme du public, chômeur.ses, précaires, étudiant.es, toute la jeunesse, retraité.es, smicard.es, sans-papiers, sans-logis, qui survivons avec le RSA, habitant.es de villes, des villages et des banlieues… dès le lendemain du second tour, nous serons dans la rue !

C’est notre tour social, ensemble, même heure, même lieu.

Macron a frappé le Code du Travail et veut continuer. Le Pen a déclaré la guerre aux migrant.es et aux immigré.es, et veut les expulser. Ces président.es de guerre sociale ou de guerre raciale ne peuvent pas être les nôtres. Le travail, la protection sociale, les salaires, voilà nos urgences et ce ne sont pas les leurs.

Pas besoin d’expertise, de round d’observation et de réunions dans les couloirs des ministères. Nous savons que :

  • Le Pen annonce des expulsions, des prisons, des rafles… Elle déclenchera une véritable guerre civile du haut de l’Etat contre une partie du peuple : les salarié.es, les précaires, les chômeur.euses, les femmes, les LGBT. Elle ouvrira la chasse à l’étranger et aux français.es non soumis.es à l’ordre nouveau du Front national.
  • Macron veut aller vite, par ordonnances : en finir avec l’indemnisation des chômeur.euses et mettre sous tutelle Pôle Emploi ; transformer le CICE en exonération de cotisations sociales des employeurs ; ubériser le salariat ; détruire en grand nombre les postes de fonctionnaires et privatiser le service public ; donner les clés du budget à l’Union européenne de la BCE et du FMI. Ce serait l’antichambre du renforcement du F-Haine.

Et nous, Front social ? Nous avons pris les devants. Dès le 22 avril alors qu’ils organisaient les élections, nous avons organisé la première manifestation de ce front social.

Nous partageons le même constat : la nécessité de surmonter l’éclatement des mouvements qui restent forts malgré la fin de la mobilisation contre la loi Travail, celle de faire face ensemble à la répression et de prendre la rue quelque soit le résultat des élections.

Eh bien, le 8, c’est notre tour ! Nous refusons de nous enfoncer dans une austérité Macron à perpétuité et un racisme d’État dirigé par Le Pen.

Nos conquêtes sociales viennent de nos mobilisations et pas de programmes électoraux. Nous voulons être maîtres de notre destin social, donc nous devons organiser la convergence des luttes, celles qui existent réellement par centaines tous les jours.

Contre le Front national et contre le libéralisme et les discriminations qu’il entraîne, construisons le Front social, la solidarité de classe !

Notre devoir de syndicalistes, de militants associatifs, c’est de réagir tout de suite, de préparer une lutte durable et des batailles majeures.

Le 8 mai, le Front social commence le combat commun ! C’est dans la rue qu’ça s’passe, c’est par la rue qu’on gagne.

PourUnFrontSocial@gmail.com #FrontSocial • facebook&twitter : FrontSocialUni

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *