Il y a violences et violences dans les manifestations

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

On parle beaucoup des violences qui émaillent les manifestations contre la loi Travail. Mais cette lutte de quatre mois met au jour de multiples scènes de violences très diverses  : celle abondamment commentée de personnes « radicalisées » (et qui s’attaquent… à des abris de bus), celle  de manifestant-es indigné-es des combines violentes de la police pour énerver tout le monde et provoquer des heurts exploités par le pouvoir, celle de groupes qui deviennent anti-syndicaux et attaquent les locaux syndicaux CFDT ou CGT (les 23 juin et 24 juin). Mais il peut y avoir aussi une violence très inquiétante, interne au salariat violenté par le libéralisme et les contraintes qu’il impose à des personnes qui finissent par … »pêter les plombs« .  C’est peut-être cette violence-là dont ont été victimes deux syndicalistes CGT à Vitrolles, renversés le 26 mai par un chauffeur de poids lourd qui vient d’être relaxé.

Article paru dans la Marseillaise le 29 juin 2016 : 

http://www.lamarseillaise.fr/marsei…

logo-lamarseillaise
Le point sur la relaxe du camionneur qui a foncé sur deux militants CGT

Écrit par David Coquille mercredi 29 juin 2016
Le chauffeur qui avait foncé sur un barrage filtrant blessant deux syndicalistes CGT à Vitrolles a été relaxé. Un jugement qui choque tant il peut être assimilé à un permis de foncer.

 

5946ae9e264ac4212b9499f64d3a2398_XL

Nadia, l’une des victimes dont les blessures sont évaluées à 7 jours d’ITT par la médecine légale. Photo LM L’utilisation de l’article, la reproduction, la diffusion est interdite – LMRS – (c) Copyright Journal La Marseillaise

La décision rendue hier par le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence est choquante, inquiétante même. En relaxant doublement le chauffeur poids lourds qui avait délibérément foncé sur des manifestants blessant deux d’entre eux dont un sérieusement, la justice dénie aux victimes leur statut et adresse un message politique bien étranger à la mission que la loi assigne aux magistrats impartiaux.

Au cours du procès qui s’était tenu le 23 juin, le prévenu récidiviste – pour avoir été condamné le 9 mars à Nîmes à 12 mois de prison avec sursis pour blessures involontaires sous l’emprise d’un état alcoolique – avait nié avoir forcé le barrage. Lors des débats, la présidente Stellina Boresi l’avait bien ménagé, ne cachant pas son hostilité au mouvement social, plaignant à plusieurs reprises ce « chauffeur qui se lève tôt pour aller travailler ». Le représentant du parquet, Olivier Poulet, avait lui requis la condamnation de l’agresseur à 100 jours amende à 3 euros et à 6 mois de suspension du permis. On veut espérer que son parquet interjette appel de cette décision incompréhensible.

Hier, prononçant son délibéré, la présidente du tribunal a motivé la double relaxe des chefs de violences volontaires avec arme par destination et de blessures involontaires « par l’état de nécessité et de contrainte morale » dans lesquels se trouvait le prévenu au moment des faits. Imaginez un instant deux CRS dans la même configuration que ces militants blessés, soyez assuré qu’une information judiciaire aurait été immédiatement ouverte pour tentative d’homicide volontaire sur agents de la force publique.

Le 26 mai à 9h30, au volant d’un semi-remorque de 44 tonnes, Ludovic Zachar, 42 ans, chauffeur de la société TFC, n’avait pas supporté d’être immobilisé à un barrage filtrant sur le rond-point de l’Anjoly à Vitrolles. Les manifestants de la CGT contre la loi Travail laissaient pourtant passer les voitures au compte-goutte. Il n’y avait pas de tensions et ils manifestaient dans un bon état d’esprit témoigneront des automobilistes spectateurs impuissants de la scène.

Furieux, Ludovic Zachar avait percuté le Kangoo d’une famille devant lui. Nadia, 24 ans, postière CGT et secrétaire de la section PCF de Vitrolles s’est alors retrouvée projetée sous les roues du camion, le chauffeur continuant sa course folle avant d’être bloqué à un second barrage. Il était alors pris à partie, frappé par des manifestants indignés de la scène et extraits par la police.

Nadia était hospitalisée avec un traumatisme crânien, une plaie occipitale de 2 cm suturée, un ample hématome au bras gauche avec plaie profonde interne. Ses blessures étaient évaluées à 7 jours d’ITT par la médecine légale. Elle présentait de surcroît un important retentissement psychologique comme son camarade Abdel, 44 ans, ouvrier du livre CGT et militant communiste, qui lui était victime d’un écrasement des deux membres inférieurs avec immobilisation plâtrée des deux pieds. Il lui était délivré 7 jours d’ITT légal aussi.
Une procédure bâclée

Devant le tribunal, le prévenu avait nié avoir forcé le passage, contredisant le témoignage de l’automobiliste percuté dans sa Kangoo qui avait expliqué avoir cru voir sa dernière heure venue ainsi que celle de sa famille. Pour lui le conducteur du poids-lourd savait très bien qu’il avait percuté quelqu’un. Nicolas, un témoin déclarait avoir vu une des victimes tenter de remettre un tract au prévenu quand tout à coup le chauffeur s’est énervé et a commencé à mettre des coups d’accélérateur avant de foncer droit dans le rond-point. Abdel est alors tombé au sol et le camion a poursuivi sa route vers le pont.

Dans cette procédure bâclée, la police n’a même pas cherché à entendre les victimes, ni les 14 témoins dont Me Jean-Pascal Benoit, avocat des parties civiles a produit les récits qui attestent que le camion a volontairement cassé les palettes placées pour le barrage filtrant.

On lira attentivement le jugement dès qu’il sera transmis aux parties. L’état de nécessité est ainsi défini (article 122-7 du code pénal) : « N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace. » Sa sœur, la contrainte morale (article 122-2) considère aussi que « n’est pas pénalement responsable la personne qui a agi sous l’empire d’une force ou d’une contrainte à laquelle elle n’a pu résister ». Mettez un groupe de manifestants, dites vous fortement que c’est une menace existentielle et foncez dedans, voilà ce qu’autorise ce jugement.

Le tribunal a fixé au 19 janvier prochain l’audience sur les intérêts civils puisqu’à la lumière de la décision rendue cette scène d’une rare violence n’est jamais qu’un banal accident de la circulation.

David Coquille

Print Friendly

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *