La confédération syndicale japonaise prend position sur le coût du nucléaire

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Le gouvernement japonais ayant engagé des décisions à prendre pour le « redressement de Fukushima à partir de la catastrophe nucléaire » et proposé des projets de loi au Parlement, la Confédération des syndicats japonais (NCTU-Zenzoren) donne son point de vue sur le coût très élevé du nucléaire et le refus de minimiser l’étendue de la catastrophe.

  • Joindre la National Confederation of Trade Unions (NCTU): zenintel@zenzoren.gr.jp QJfT7lnh_bigger

Zenroren_Ngs_400x400

[…]

«  La « Directive » répond à l’intention du gouvernement de minimiser l’envergure de l’accident. Elle prévoit de lever l’ordre d’évacuation après une certaine période de décontamination, même si celle-ci n’est pas terminée complètement et d’encourager ensuite, sans directement l’imposer, le retour des sinistrés.  Au bout d’un certain délai, les mesures de réparation et d’aide au logement mises en place pour les sinistrés seront terminées.

Par ailleurs, le Conseil des ministres du mois de 14 juin 2011 a décidé de « ne pas laisser TEPCO s’écrouler sous le poids des dettes » malgré l’augmentation prévisible des frais relatifs à l’accident nucléaire de Fukushima. C’est sur ce principe que repose le cadre proposé par le gouvernement du « partage des rôles » entre l’opérateur de la centrale et l’Etat. Tout en abandonnant les victimes de l’accident nucléaire, cette politique offre à l’opérateur, auteur de la catastrophe, une aide d’une générosité déconcertante.  « 

[…]

« S’agissant du partage des rôles entre l’Etat et TEPCO, le METI a rendu public le 9 décembre son estimation révisée du coût de l’ensemble des mesures prises pour l’accident de Fukushima Daiichi, en indiquant que celle-ci pourrait doubler en passant de 11 billions de yen prévus antérieurement à 21,5 billions de yen. Le déclassement des réacteurs va coûter 8 billions de yen au lieu de 2 billions, la réparation 7.9 au lieu 5.4 billions de yen, la décontamination entre 4 et 2.5 billions de yen et le stockage provisoire des déchets radioactifs autour de 1.6 au lieu de 1.1 billion de yen. (1 euro vaut 120 yen environ).« 

[…]

« En définitive, ces dispositifs conduisent à la prise en charge des coûts par tous les usagers, à travers les opérations de consignation ainsi que de transmission et de distribution de l’électricité […].  Le 2 février, TEPCO a annoncé que le niveau de radioactivité à l’intérieur de l’enceinte de confinement était estimé à 530 sieverts par heure, valeur calculée à partir des images de l’intérieur de l’enceinte de confinement du réacteur No. 2.  Il s’agit d’une dose de radiations qui pourrait tuer une personne au bout d’une minute d’exposition à peine.  L’humanité n’a pas encore développé de techniques pour pouvoir sortir des débris de combustible d’une enceinte contaminée aussi radioactive. Il faudra pour cela un temps et des efforts de développement incroyables. Mais l’on ne sait pas comment cela est pris en compte dans l’estimation du coût du déclassement qui s’élève déjà à 8 billions de yen.« 

[…]

logo_solidarite_Japon-2-ec678

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *