Mobilisations syndicales en Hongrie

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Des milliers de personnes manifestent en Hongrie contre une loi Orban imposant aux travailleurs 400 heures supplémentaires par an. La confédération syndicale hongroise MASZSZ est très active dans cette mobilisation. Le site de soutien syndical Labour Start lance une pétition. 

Wikipédia : La Magyar Szakszervezetek Országos Szövetsége est une centrale syndicale hongroise affiliée à la Confédération européenne des syndicats et à la Confédération syndicale internationale. Elle revendique 205 000 membres

Labour-Start

 1501738_728038207206805_1713027637_n

Hongrie. Pour le rejet de la loi des esclaves !

Vous pouvez aider ! Entrez votre nom et votre courriel et cliquez sur le bouton ‘Envoi’ au bas de cette page.

Nom:
[requis]
Courriel:
[requis]
Syndicat/organisation:
Votre pays :
Entrez votre message ici ou utilisez le message existant ci-après

Le 12 décembre, le Parlement hongrois a adopté la « loi des esclaves », qui pourrait obliger les travailleurs à effectuer jusqu’à 400 heures supplémentaires par an. De plus, la période de référence est augmentée à 36 mois. La loi a été adoptée sans consultation adéquate des partenaires sociaux, à la suite d’un mauvais usage des procédures parlementaires.

Les changements créeraient une situation difficile pour les travailleurs, introduisant quasiment une semaine de travail de six jours. Bien qu’il soit lié à l’accord des parties concernées, le rapport de force dans le monde du travail n’est pas un partenariat à parts égales entre employeur et travailleur. Un employé est toujours dans une position vulnérable, très souvent incapable de contredire les exigences des employeurs. L’extension de la période de référence du temps de travail à trois ans signifie que le travailleur peut être obligé de faire des heures supplémentaires pendant une longue période, en attendant le dédommagement des années. Cette législation est contraire à la directive 2003/88 / CE sur le temps de travail fixant la période de référence pour une période maximale de 12 mois.

Les syndicats hongrois s’opposent à ces mesures qui vont à l’encontre de conditions d’emploi équitables et décentes. Au cours des derniers jours, de fortes actions de protestation ont amené de grandes masses dans les rues.

La Confédération hongroise des syndicats (MASZSZ) demande le retrait de la loi et appelle le président hongrois à ne pas la signer mais de la renvoyer au Parlement. MASZSZ appelle à une consultation significative et appropriée avec les partenaires sociaux. Monsieur le président, ne signez pas la loi des esclaves!

Print Friendly

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *