Action syndicale internationale contre McDonald’s

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Les journaux Libération (18 décembre 2015) et l’Humanité (18 janvier 2016) relatent la mise en place d’une intersyndicale internationale contre le géant mondial McDonald’s (1,9 millions de salariés) qui, non seulement ne paye pas beaucoup ses salariés, mais se livre à une évasion fiscale à grande échelle.

 

  • Extrait d’un article de Vittorio De Filippis, Libération, 18 décembre 2015 : « Tout a changé début 2013 lorsque la CGT est devenue majoritaire au comité d’entreprise de McDonald’s Ouest parisien, une des cinq filiales françaises de la multinationale du prêt à manger. Dès les premières réunions de comité d’entreprise, le syndicat a demandé des primes de participation sur les bénéfices et des hausses de salaires. Mais l’arithmétique de la réponse était sans appel : impossible, puisque les comptes de l’entreprise étaient, cette année-là encore, dans le rouge. Etonnement de Gilles Bombard, secrétaire général du syndicat CGT McDonald’s Paris Ile-de-France, qui passe son temps derrière des comptoirs de McDo qui ne désemplissent pas. Et qui sait que la multinationale ouvre une quarantaine de McDo chaque année en France, devenu un pays modèle de l’enseigne grâce à la «francisation» de ses menus. Gilles Bombard demande alors ce qu’aucun autre élu n’avait réclamé avant lui : une expertise des comptes de la filiale McDonald’s Ouest Parisien. L’étude mettra en évidence les ficelles d’une optimisation fiscale grâce auxquelles l’entreprise parvient à afficher des pertes. Elle montre surtout que ce qui aurait dû être rangé dans la colonne «bénéfices» est en réalité transformé en pertes d’exploitation… Le CE et leur avocate, Eva Joly, décident donc de porter plainte pour «blanchiment de fraude fiscale en bande organisée» contre McDonald’s Ouest parisien. L’ancienne magistrate, députée européenne des Verts/Alliance libre européenne (Vert/ALE), dénonce l’impunité fiscale des multinationales ». Voir la suite de cet article en lisant l’interview d’Eva Joly en cliquant ci-dessous.

une-enseigne-mcdonald-s-a-woodbridge-aux-etats-unis-le-5-janvier-2016_5496270

  • Libération par AFP
 

Soupçonné d’avoir soustrait un milliard d’euros aux Etats européens, le géant du fast-food est critiqué pour son dumping social et son évasion fiscale.

Des syndicats du monde entier s’allient contre les pratiques de McDonald’s

Plusieurs fédérations de la CGT et l’Union internationale des employés de services (SEIU) américaine se sont réunis ce jeudi à Paris pour dénoncer les pratiques de «dumping social» et «d’évasion fiscale» de McDonald, et ont appelé à une «mobilisation mondiale» des salariés.

A LIRE AUSSI Eva Joly : «Cette plainte vise à mettre fin à l’impunité fiscale des multinationales»

«Cette réunion clôt une campagne européenne inédite qui va créer un précédent», a estimé devant la presse David Rolf, vice-président du SEIU, qui compte environ deux millions d’adhérents. Une vingtaine de salariés américains de McDonald’s en lutte pour «une heure payée 15 dollars» depuis novembre 2012 étaient présents. Ils ont témoigné de conditions de travail très difficiles et d’une très grande précarité.

Les syndicats doivent se retrouver fin février pour décider d’une «série d’actions» notamment pendant l’Euro 2016, ont-ils annoncé. L’objectif est «de lutter pour des salaires dignes, partout, mais contre l’évasion fiscale de McDonald’s et des multinationales», a ajouté Amar Lagha (CGT), de la fédération du commerces et des services, en rappelant «le milliard d’euros non reversé par McDonald’s aux Etats européens, alors que l’entreprise a touché des aides de plusieurs millions pour embaucher des jeunes».

A LIRE AUSSI McDonald’s aurait soustrait plus d’un milliard de recettes fiscales aux Etats européens depuis 2009

Avec 1,9 million de salariés dans le monde, dont 60 000 en France, McDonald’s est le deuxième plus important employeur du secteur privé dans le monde. Une vingtaine de syndicats, fédérations syndicales et associations de consommateurs européens (NGG en Allemagne, CGT en France, Bakers en Grande Bretagne, FGTB en Belgique, FNV aux Pays-Bas, 3F au Danemark, l’EFFAT et l’EP

  • Extrait de Wikipédia : qu’est-ce que l’Union internationale des employés des services ou Service Employees International Union (SEIU)

SEIU-logo-small

Cadre
Forme juridique Syndicat
Zone d’influence Drapeau des États-Unis États-Unis
Fondation
Fondation 1921
Identité
Siège Washington, D.C.
États-Unis
Secrétaire général Mary Kay Henry
Affiliation internationale Change to Win
Congrès du travail du Canada
Membres 2,2 millions
Slogan Stronger Together (Plus fort ensemble)
Site web seiu.fr

Service Employees International Union (SEIU) ou Union Internationale des Employés des Services est un syndicat nord-américain représentant 2,2 million de travailleurs exerçant plus de 100 professions différentes aux États-Unis, à Porto Rico et au Canada.

Positionnement

SEIU représente et défend des travailleurs principalement dans les trois secteurs suivants :

  • La santé : plus de la moitié des membres travaillent dans le domaine des soins de santé, parmi lesquels figurent le personnel hospitalier, les aides soignants et les infirmiers à domicile ;
  • Les services publics : au niveau local et fédéral : les employés du service public sont aussi bien des conducteurs d’autobus, des employés des écoles publiques, des professionnels de l’enseignement aux enfants travaillant dans les crèches et les garderies, etc. ;
  • Les services d’entretien et de sécurité : y figurent les concierges, les employés de sécurité et les employés du secteur alimentaire.

SEIU est affilié à la fédération Change to Win et au Congrès du travail du Canada.

SEIU est parfois appelé l’« océan violet » lors d’évènements politiques, en raison des t-shirts violets très reconnaissables que portent les militants.

L’organisation syndicale est également connue pour son programme Justice for Janitors (Justice pour les personnels d’entretien) ainsi que pour son solide appui aux candidats démocrates : 28 millions de dollars ont été dépensé par SEIU pour soutenir Barack Obama lors de l’élection présidentielle de 2008, ce qui en fait l’organisation syndicale qui a dépensé le plus pour aider Barack Obama à se faire élire président1,2.

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *