Vers des mobilisations intersyndicales le 27 juin

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

En Ile de France, des mobilisations intersyndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL se préparent pour le mardi 27 juin, à 12h devant l’Assemblée nationale. C’est le jour de la rentrée pour les député-es issu-es des élections législatives 2017. Ci-dessous les premiers tracts d’appels et prises de position.

kuddlfNggBcXe7H2YRrhUi_5VWYQlk1BiNqg1ZZNUyzlNQM7ikSYYh_H8NWEKJYuTRf4=s170

Pas de code du travail sur ordonnance ! Mobilisons-nous contre les reculs sociaux

 

Les futurs projets de réforme du gouvernement concernant le droit du travail, dévoilés par la presse, vont bien au-delà des éléments annoncés publiquement ! Ils concernent notamment le contrat de travail, les salaires, la santé, la sécurité au travail, l’assurance chômage et les retraites.

Toutes les annonces vont dans le même sens : plus de précarité et de flexibilité pour les salariés, plus de « souplesse » et de facilités à licencier pour les entreprises. Au-delà de la méthode, consistant à agir rapidement via les ordonnances, le discours gouvernemental sur la « concertation » ne change rien : le gouvernement veut aller vite sans de véritables négociations. Il veut frapper fort. Le nouveau pouvoir à un projet de société ultralibéral, destructeur pour les salariés.

Sur le droit du travail, il aggrave la « Loi Travail », dont nous exigeons l’abrogation, en faisant primer les accords d’entreprises  au détriment des garanties collectives et du code du travail.

Des questions essentielles sont au cœur des réformes envisagées. Temps de travail, travail de nuit, salaires, emploi, plafonnement des indemnités de licenciement, référendum d’entreprise à l’initiative de l’employeur, fusion des instances représentative du personnel, remise en cause de l’insertion professionnelle des jeunes, réforme de l’assurance chômage et de l’assurance maladie avec la suppression des cotisations salariales via l’augmentation de  la  CSG ! Les retraités seraient particulièrement touchés via l’augmentation de 1.7 % de la CSG !

Ces projets sont d’autant plus dangereux qu’ils ouvrent aussi la voie à une attaque des statuts des salariés de la fonction publique et des services publics. Macron veut supprimer 120 000 postes de fonctionnaires ! L’égalité d’accès et le droit de toutes et tous à ces Services sur l’ensemble du territoire va encore subir de nouvelles attaques : enseignement public, hôpital, collectivités territoriales.

L’inversion de la hiérarchie des normes, poussée jusqu’au bout, comme le prévoit le gouvernement Macron, ce n’est plus de norme du tout, le retour à l’individualisation complète du contrat de travail, que l’employeur soit public ou privé ! C’est une revendication patronale afin de faire baisser le « coût du travail » et faciliter les licenciements. Il s’agit en fait de satisfaire ce dont le MEDEF rêve depuis toujours : «revenir systématiquement sur tout ce qui a été édifié en 1936 et 1945 ».

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNEF d’Île-de-France considèrent qu’il est urgent, indispensable que les salariés soient informés du contenu dangereux des projets Macron ! Nous ne pouvons laisser faire cela. Aussi, nos organisations invitent

les salariés, les privés d’emploi, les jeunes, les retraités, à agir pour défendre et obtenir des améliorations en matière d’emploi, d’augmentation de salaire, d’améliorations des conditions de travail, de maintien des conventions collectives et des statuts, de maintien des services publics et de toutes leurs missions.

Il faut augmenter les salaires, réduire le temps de travail, renforcer les droits des salariés et de leurs représentants. Il faut en finir avec l’austérité pour les salariés et les cadeaux sans limite aux employeurs.

Elles appellent les salariés, les privés d’emploi, les jeunes, les retraités, à participer aux rendez-vous de mobilisations unitaires et interprofessionnelles qui seront organisés dès maintenant et à la rentrée de septembre.

 

  • Position FO Paris en date du 22 mai 2017 :

Abrogation de la loi travail, non à la loi travail XXL, non aux ordonnances !  Dans la droite ligne du précédent quinquennat, les annonces faites par le Président de la République et son gouvernement ne vont pas dans le sens des intérêts des travailleurs.

Dans la droite ligne du précédent quinquennat, les annonces faites par le Président de la République et son gouvernement ne vont pas dans le sens des intérêts des travailleurs. Dès avant sa prise de fonction, il indiquait que la priorité des priorités était la réforme du code du travail. Comme si celui-ci n’avait pas déjà été attaqué par la précédente loi et comme si déjà les prémices de la remise en cause ne se voyaient pas dans le secteur privé et même dans le secteur public au détriment des salariés.Décidément, oui nous avons raison d’exiger l’abrogation de cette loi désastreuse qui conduit à l’inversion de la hiérarchie des normes et à la remise en cause de pans entiers de la protection des salariés et qui est encore aujourd’hui rejetée par 70 % des Français.

Décidément, oui nous tenons à rappeler les revendications et les positions du dernier Comité Confédéral de la CGT-FO qui pose les revendications face à la tentative de mise en œuvre du programme du Président.

Notre UD FO de Paris soutient sans réserve les orientations du Comité Confédéral National de la CGT-FO des 6 et 7 avril 2017.

Il faut continuer à lutter pour obtenir l’abrogation de la loi Travail et ne pas s’engager dans un processus conduisant aux négociations dans les entreprises en court-circuitant les branches et ainsi casser toutes les dispositions conduisant à l’application des garanties dans les petites et moyennes entreprises.

Il faut s’opposer à la remise en cause de la retraite par répartition – à la disparition des régimes spéciaux et au code des pensions civiles et militaires – à la suppression de plus de 100 000 postes de fonctionnaires – aux attaques contre les services publics et notamment la sécurité sociale et les hôpitaux et à la fin du paritarisme dans l’assurance chômage…

Ce sont les revendications que nous portons et qui ont été adoptées à l’unanimité au Comité Confédéral National.

Comme nous l’avons toujours affirmé, nous ne pouvons avoir d’à priori à l’égard de ceux qui viennent d’être élus. Il leur reste à prouver qu’ils sont véritablement attachés au dialogue social en répondant aux revendications que nous développons. Si tel n’était pas le cas, nous nous engagerons avec tous ceux qui portent nos orientations et nos revendications, comme nous l’avons fait pendant plusieurs mois.

Paris, le 22 mai 2017

  • sur le site de l’UD CGT 75: ob_d19014_cgt-paris-logo

Le 27 juin Premier rassemblement contre la casse sociale 12h00 – Esplanade des Invalides

NE LAISSONS PAS LE CODE DU TRAVAIL MOURIR SUR ORDONNANCE ! MOBILISONS-NOUS (…)

samedi 27 mai 2017

 Refusons la politique de casse de décennies de luttes ouvrières, l’Union Régionale CGT Île-de-France appelle à une première initiative, qui en appellera d’autres, le mardi 27 juin, jour d’installation des députés nouvellement élus à 12h à proximité de l’Assemblée nationale.

Le 27 juin 2017 premier rassemblement contre la casse sociale

4 pages CGT Paris décryptage programme Macron

[Macron élu les 4 dossiers chauds pour les salarié.es :
http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/macron-4-dossiers-chauds]

[Désintox : tout savoir du projet que le gouvernement Macron veut imposer dans la concertation sur les ordonnances :
http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/decryptage-ordonnances-macron]

 

On y lit le passage suivant :

« Refusons cette politique de casse de décennies de luttes ouvrières, l’Union Régionale CGT Île-de-France appelle à une première initiative, qui en appellera d’autres, le mardi 27 juin, jour d’installation des députés nouvellement élus à 12h à proximité de l’Assemblée nationale« .

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *