Protestation CGT, UNL, UNL SD contre la répression des lycéens, et réaction FSU

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Dès que les lycéens ont commencé à se mobiliser, la police est intervenue. Un blessé grave à Marseille. 

 siteon0-dc90fLogo_UNL

COMMUNIQUÉ COMMUN CGT, UNL, UNL SD

Gardes à vue, violences policières : une répression inadmissible envers les lycéens !

Publié le 4 déc 2018
Les lycéens se mobilisent partout en France depuis vendredi. Ce mouvement est animé par les seuls lycéens et est de plus en plus massif aujourd’hui. Ils veulent faire entendre leurs voix et ce n’est pas nouveau puisque, depuis des mois, ils portent de légitimes revendications. Cela témoigne d’une grande maturité face à la société que la politique gouvernementale leur prépare à travers les réformes régressives qu’elle met en œuvre méthodiquement…

Les lycéens se mobilisent partout en France depuis vendredi. Ce mouvement est animé par les seuls lycéens et est de plus en plus massif aujourd’hui.

Ils veulent faire entendre leurs voix et ce n’est pas nouveau puisque, depuis des mois, ils portent de légitimes revendications.
Cela témoigne d’une grande maturité face à la société que la politique gouvernementale leur prépare à travers les réformes régressives qu’elle met en œuvre méthodiquement.
De la réforme des lycées et notamment de l’enseignement professionnel, de parcours sup (…) et le tri social à l’entrée de l’Université qui est opéré, tout cela concourt à boucher l’avenir de centaines de milliers de jeunes.
Aujourd’hui, le gouvernement franchit encore un degré dans l’escalade de la violence en ordonnant  une répression des manifestations lycéennes sans aucune limite.
Nos organisations condamnent les violences policières qui ont déjà fait au moins un blessé grave à Marseille parmi les jeunes lycéens.
Nos organisations dénoncent, une nouvelle fois, l’utilisation de la force et de la répression par les pouvoirs publics et le gouvernement, en lieu et place de réponses aux légitimes revendications.
Rien ne peut justifier de telles atteintes aux libertés de manifestations et d’expression.
Nous apportons tout notre soutien aux blessés et à leur famille.

Montreuil, le 4 décembre 2018

arton1302La FSU demande au Ministre d’entendre les inquiétudes de la jeunesse
Inquiétudes face à l’avenir, poids des inégalités sociales sur les parcours de formation, dégradation des conditions de scolarisation… de nombreux jeunes se mobilisent pour dénoncer les réformes en cours dans les lycées et contre le dispositif « parcours sup » qui organise une sélection à l’entrée à l’université.

Porteuse de la réussite de tous les jeunes, et particulièrement des plus fragiles et des plus défavorisés, de l’élévation du niveau de qualification, la FSU demande au Ministre d’entendre les demandes des lycéen-nes qui aspirent à une réelle démocratisation du système éducatif.

La FSU dénonce fermement la répression policière dont sont victimes les lycéen-nes. Le gouvernement doit très vite répondre à ce mouvement lycéen.

La FSU demande l’ouverture de discussions avec les organisations de jeunesse et les organisations syndicales pour répondre aux exigences de la jeunesse et remettre à plat les réformes en cours et améliorer les conditions de scolarisation des élèves.

Logo-sud-educationSoutien aux manifestations lycéennes

Communiqué de la fédération SUD éducation
lundi 3 décembre 2018


Vendredi 30 novembre, un appel lancé par l’Union nationale lycéenne à bloquer les lycées contre les réformes Blanquer a été très bien suivi. Une quarantaine de lycées ont été ainsi bloqués dès vendredi. Ce lundi 3 décembre, la mobilisation a été encore davantage suivie, avec plus de 150 lycées mobilisés dans l’ensemble de la France.

Disons-le tout net : SUD éducation soutient la mobilisation des lycéen-ne-s.
Leurs revendications sont aussi les nôtres :

• refus de la sélection à l’entrée à l’Université et de Parcoursup ;
• refus de la réforme du bac et du Lycée général et technologique ;
• refus de la hausse des frais d’inscription à l’entrée à l’université ;
• refus de la réforme de la voie professionnelle.

SUD éducation condamne sans ambiguïté les violences policières dont sont victimes les lycéen-ne-s mobilisé-e-s.

SUD éducation appelle l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale à se solidariser des lycéen-ne-s mobilisé-e-s et à s’emparer des mots d’ordre portés pour l’abrogation des réformes Blanquer.

Print Friendly

Articles similaires

  • 24 mars 2018 La ministre veut licencier Gaël Quirante (0)
    L'Union syndicale Solidaires appelle à mobiliser le lundi 26 mars contre le licenciement de Gaël Quirante (militant SUD activités postales) autorisé par Murielle Pénicaud, ministre du […]
  • 14 janvier 2018 Harcèlement sexuel : parlons aussi des entreprises, Ford par exemple (0)
    Voici une vidéo (reprise par le Nouvel Obs) qui raconte le témoignage de 8 femmes victimes de harcèlement chez Ford à Chicago.   Huit femmes se sont exprimées sur le […]
  • 24 octobre 2018 Helio Corbeil : une SCOP en danger (0)
    L'entreprise Helio-Corbeil, reprise en SCOP par ses salariés en 2012, est à nouveau menacée pour son avenir (voir déclaration du syndicat ci-dessous). Une conférence de presse aura lieu […]
  • 11 décembre 2018 18 décembre : journée internationale de soutien aux migrants (0)
    Voici un communiqué de Solidaires sur la journée internationale des migrants du 18 décembre.   A l’appel de près de 250 organisations, nationales et locales, des manifestations […]
  • 24 octobre 2018 Solidarité avec les postiers des Hauts de Seine (0)
    7 mois de grève des postières et postiers du 92 DONNEZ À LA CAISSE DE GREVE !   Les postiers et postières du 92 sont en grève reconductible depuis 7 mois : 20% des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *