Elections TPE : des résultats encore difficiles à interpréter

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Les résultats des élections dans les Très petites entreprises (TPE)  confirment à la fois les grandes données des précédentes élections de 2012, mais aussi une érosion prévisible de la participation (aucune campagne nationale digne de ce nom !) et un recul des plus grandes confédérations syndicales, alors que l’UNSA réalise un gain de +5,17% par rapport à 2012. Nous publions : le tableau officiel des résultats nationaux, les communiqués CGT, CFDT, UNSA et Solidaires. Mais aussi quelques évolutions en voix répertoriées par Leila de Comarmond, journaliste spécialiste du syndicalisme (Les Echos).

 

  • CGT : Les salariés des TPE confirment la CGT comme première organisation, à dix points devant la deuxième !

siteon0-dc90f

Les résultats des élections de représentativité dans les Très Petites Entreprises confirment la Cgt comme première organisation syndicale au plan national.

Les salariés qui se sont exprimés ont choisi de légitimer le syndicalisme Cgt, qui propose, conteste, revendique, lutte et négocie !!  La Cgt sort confortée de cette élection et remercie les électeurs.

Cette satisfaction des résultats ne peut gommer l’amateurisme dont ont fait preuve le gouvernement et les services du Ministère du Travail tout au long du processus électoral.

Ils portent notamment la responsabilité du faible taux de participation des salariés à l’élection.

Alors que 4,6 millions de salariés étaient concernés par l’élection, aucune communication digne de ce nom dans les médias n’aura été organisée afin d’informer, sensibiliser et favoriser leur expression.

La CGT dénonce le gouvernement et ses services qui auront jalonné d’embuches l’élection des salariés des TPE comme par exemple le report des élections pendant les fêtes de fin d’année.

Le choix de permettre la participation de listes syndicales pourtant dans l’incapacité de représenter les salariés dans les commissions paritaires qui vont se mettre en place démontre que loin de l’affichage, la prise en compte de l’expression des salariés des TPE sur leurs besoins, leurs revendications n’intéresse que peu le gouvernement !

Les salariés ont amené la meilleure des réponses, celle de placer en tête et loin devant la CGT avec un résultat de 25,12% devant la CFDT à 15.44%

Ces résultats confèrent de grandes responsabilités à la Cgt, qui, forte de ce résultat, réaffirme son engagement auprès des salariés des TPE pour, avec eux, exiger des avancées réelles en matière sociale.

La Cgt mesure les efforts de déploiement à réaliser pour mieux représenter les salariés des TPE, leurs donner plus de place encore dans le syndicalisme Cgt, le syndicalisme de tous les salariés.

Montreuil le 3 février 2017

 

  • DÉCLARATION DE LA COMMISSION EXECUTIVE DE LA CFDT

Logo_CFDT

ÉLECTIONS DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES : La CFDT reste deuxième
Les résultats des élections dans les Très petites entreprises maintiennent la CFDT en seconde position et réduisent l’écart avec la CG T à 31 164 voix (contre 47 334 voix en 2012).La CFDT regrette que le taux de participation à cesélections ait été aussi faible (7,35%).
Il est difficile de tirer un enseignement général de ces résultats, mais on peut y voir un recul des trois plus grandes organisations syndicales, qui méritera d’être analysé.
Ces élections ont malheureusement souffert du report de la période de vote et de l’envoi tardif du matériel. Mais ce taux est aussi la confirmation que ce type de
scrutin, où les salariés votent sur sigle, n’est plus viable.
La méconnaissance du syndicalisme dans les Très petites entreprises doit également poser question. Même si pour la CFDT, la campagne de proximité qu’elle a menée a été positive : sur le terrain, les salariés ont réservé un bon accueil aux militants de la CFDT et ont montré un véritable intérêt pour les informations concrètes sur leurs droits que les militants ont pu leur apporter.
Cela s’est traduit par une augmentation significative des adhésions.
Le résultat de cette élection engage plus fortement la CFDT à poursuivre sa stratégie de proximité auprès des salariés des Très petites entreprises.
La CFDT s’appuiera sur les acquis de cette campagne pour continuer à être utile à ces salariésen allant à leur contact, en défendant leurs droits mais aussi en
accompagnant ses élus des Commission paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI), afin d’améliorer la vie au travail des salariés des Très petites entreprises.
En effet, plus que jamais, c’est auprès des salariés, dans leur réalité de travail, que le syndicalisme doit s’ancrer. C’est ce que la CFDT s’efforce de faire au quotidien.
Les résultats de cette élection s’agrègeront aux résultats des différentes élections professionnelles et contribueront à mesurer la re
présentativité globale, dont les résultats seront connus le 31 mars 2017
  • Élections TPE : percée de l’UNSA

entete

3 février 2017 – Les résultats des élections des Très Petites Entreprises (TPE), qui se sont déroulées du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017, viennent d’être publiés.

Avec 12,49 % des voix, l’UNSA enregistre la plus forte progression. Au regard du scrutin TPE précédent de 2012, elle est en effet la seule organisation à améliorer son score, en pourcentage (+ 5,17 %) comme en voix ( + 18,5 %). L’UNSA consolide ainsi sa 4ème place et se rapproche des trois premiers, à 0,5 point seulement du 3ème.

Ces bons résultats sont d’abord à mettre au compte de l’offre syndicale développée par l’UNSA auprès des salariés de TPE. Elle les considère comme des salariés à part entière, qui ont d’abord besoin d’information, d’aide juridique, d’assistance administrative, bref d’un syndicalisme utile, efficace et responsable. Ils sont le fruit aussi d’une campagne de terrain dynamique menée par des équipes militantes motivées.

Cet excellent score réalisé par l’UNSA ne lui fait pas oublier le très fort taux d’abstention qui marque ce scrutin. Déjà faible en 2012 avec 10,09 %, la participation chute en effet à 7,23 % en 2017.

Le report du vote pendant la période des fêtes de fin d’année en est la principale explication. Cela engage la responsabilité de la CGT qui ne pouvait ignorer les conséquences d’un recours qu’elle a déposé tardivement.

Mais au-delà de cet épisode procédurier, la faible participation témoigne du degré d’extériorité des salariés de TPE à l’égard du syndicalisme. Ce sentiment, ressenti par près de 20 % du salariat français, devrait interpeller le syndicalisme dans son ensemble.

Pour sa part, et à la hauteur de sa responsabilité, l’UNSA entend bien continuer à répondre aux attentes de ces salariés qui, parce qu’ils sont des salariés à part entière, méritent aussi d’être défendus et conseillés à part entière.

  • Union syndicale Solidaires : Un scrutin tronqué, une organisation scandaleuse !

logo-tracts

Ce 3 février 2017, après bien des atermoiements du côté du ministère du travail et de la Direction générale du Travail, le résultat des élections des salarié-es des très petites entreprises (TPE), des très petites associations (TPA) et du particulier employeur a enfin été proclamé.

La faible participation (environ 7,5 %) n’est malheureusement pas une surprise, au vu des choix du ministère du travail qui a décidé de reporter le scrutin à 11 jours des dates prévues et a choisi des dates ubuesques pour le vote, mais aussi du refus, par les pouvoirs publics, de mettre en place les moyens d’une véritable campagne permettant aux organisations syndicales de présenter leurs propositions et les enjeux. Avec la suppression des élections prud’hommes et ce simulacre de démocratie, le pouvoir semble tout faire pour empêcher l’expression directe des salarié-es.

Les problèmes liés à la liste électorale, et notamment les erreurs d’adresses, ont empêché près de 10% des électeur-s de voter car n’ayant pas reçu l’information et le matériel de vote.

Ce scrutin, comme le précédent, n’ouvrait pas directement de droits pour les salarié-es ni l’accès à une représentation proche des bassins d’emploi et du quotidien de ces salariè-es.

Ce sont, quelques soient leurs orientations, les organisations syndicales les plus présentes sur le terrain et au contact direct des salarié-es qui font les frais à l’issue de ce scrutin, la CGT chute de 4 points, comme la CFDT, FO de deux points et Solidaires de 1 point. Seule l’UNSA progresse de manière étonnante. Le résultat dès lors ressemble à une loterie. Solidaires a pourtant privilégié une campagne militante de terrain quand d’autres auront sous-traité des appels et contacts.

Alors que le syndicalisme dans les Très petites entreprises est durement combattu et donc très insuffisamment implanté, au-delà de ce scrutin, pour Solidaires, c’est bien la question de l’organisation et de la défense des droits des salarié-es des TPE/TPA qui se pose.

L’Union syndicale Solidaires appelle l’ensemble du mouvement syndical à intervenir unitairement pour imposer au patronat des droits nouveaux pour les salarié-es des entreprises de moins de 11 salarié-es.

  • Première analyse : « Elections dans les TPE : la CGT et la CFDT en baisse »,  par Leïla de Comarmond (Les Echos)

Logo-les-echos

  • Les résultats de la deuxième édition des élections de représentativité dans les TPE ont été annoncés ce vendredi soir. Dans un contexte de très forte abstention (plus de 90 %), la CGT reste devant la CFDT, FO conservant la troisième place, mais les trois baissent à l’inverse de l’Unsa.
    Les résultats de la deuxième édition des élections de représentativité sont tombés, et ils ne sont pas une bonne nouvelle pour les deux premières centrales syndicales françaises. La CGT conserve la première place, avec un score élevé, à 25,12 %, et maintient son avance de 10 points sur la CFDT, qui conserve sa deuxième place à 15,49 %. Mais toutes les deux reculent de quelque 4 points. Force ouvrière ne s’en sort qu’à peine mieux : sa baisse est de 2 points, à 13,01 %. Mais l’écart avec l’Unsa se réduit puisque le syndicat passe la barre des 10 %.
    Très faible participation
    Lorsque l’on regarde le nombre de voix qui se sont portées sur les uns et les autres, le constat est cruel pour quasiment toutes les organisations. Déjà, en 2012, la participation avait à peine dépassé les 10 %. Cette fois-ci, elle n’a même pas franchi la barre des 8 %, soit 330.938 votants.
    La CGT est celle qui a perdu le plus de supporters, avec quelque 50.000 voix de moins. La CFDT arrive derrière avec 38.000 manquant à l’appel, tandis que Force ouvrière, elle, accuse un manque à gagner de 28.000 voix. Les autres organisations aussi sont en perte. Seule exception : l’Unsa qui gagne 7.000 voix, et dépasse le seuil des 40.000

Paris, 3 février 2017

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *